31 décembre 2014

Mon dernier message 2014 ...

311214

301214

pour_toi

vie_merveilleuse_fleur

Quelques cartes pour vous, déposées ici avec détermination.

Laissons derrière nous 2014; tournons la dernière page du calendrier et regardons l'avenir avec confiance; souhaitons d'être épargnés par la maladie, car la santé est une vraie richesse; je vous adresse tous mes voeux et souhaits les plus sincères pour 2015, je vais installer le nouveau calendrier de "petite fourmi" avec une photo de Mathias pour chaque mois .

Je n'oublie pas la bise de l'an nouveau sous le gui ... et vous dis à l'année prochaine, si Dieu le veut.

gui

Posté par remiche à 11:41 - Le temps qui passe
Tags : , , , , ,


23 janvier 2014

Cette pensée qui fait réfléchir, que vous soyez croyant(e)s ou non !

230114

Aussi,

vous pouvez imaginer

aisément que le sac de la joie est attendu avec impatience 

point excla pour rémi

Aujourd'hui un ange a montré son nez

angej

 

Posté par remiche à 18:15 - Pensée
Tags : , , , , ,

29 décembre 2013

29 30 31 ...

2013 s'achève,

Il reste 3 jours à "tirer" !

Faire une dernière publication, n'est pas une chose aisée; et vous le comprendrez sans doute; que dire ? Qu'écrire ?

Inutile de "brasser" ...

Aussi, je tiens à vous remercier pour votre fidélité et vos commentaires, que je lis toujours avec beaucoup d'attention et de bonheur; Juliette, pour les publicités cela ne dépend pas de moi, Raymond vient de vérifier et il n'avait pas de problème. Ma santé à ce jour, rien de nouveau, état stationnaire qui doit un jour s'améliorer comme par miracle, mais après beaucoup de patience; je ne souhaite à personne d'être sous l'emprise de l'algodystrophie, c'est à peine concevable, mais bien réel et surtout très invalidant, j'en resterai là, si je n'avais pas mon époux, je ne pourrais pas rester à la maison; je ne me reconnais plus ( il y a dans la vie des situations inexpliquées).

Noël s'est passé, du "mieux" possible, avec le soir nos amis les "Nuguet" qui sont venus chez nous partager le repas, mais à 22 h 30, j'étais au lit. Le 25 décembre, nous avions nos enfants, c'est un grand bonheur de les avoir; nous avons échangé des cadeaux qui sont toujours bien accueillis et ne seront ni échangés, ni vendus sur "internet" ! Car ils sont précieux et offerts avec Amour.

Je vais "tristement" tourner la dernière page de ce blog, pour cette année 2013; j'attendais la retraite de mon époux, elle est arrivée et nous avons eu la joie de fêter "ça" dignement entourés d'ami(e)s, famille...mais j'étais plâtrée à cause de ce "petit péroné" cassé qui a causé tout un engrenage de "bavures" qui font que je vois 2013 d'un sale oeil !

Voilà, je n'en dirai pas plus, à quoi bon se lamenter, quand il faut croire qu'au bout du tunnel la lumière me permettra je l'espère de "revenir" à la vie, vous savez, celle dont vous me dites souvent, ces mots : "courage, tu en as, tiens bon, la vie est belle..." vous avez raison, alors que 2014 s'offre à moi sous de meilleurs auspices.

D'ailleurs, il ne faut pas s'arrêter là, le chemin va continuer, je vous offrirai encore des sujets, divers, variés, pour que vous preniez plaisir à me lire; aussi à l'année prochaine.

1 meilleurs-voeux-boule

2 merci-voeux-neige

3 meilleurs-voeux-pro

4 amitie-voeux

Je tiens à rajouter, que je n'ai pas été aussi forte que notre amie Agathe,

http://www.agathejolybois.net/

qui a tenu son blog avec tant d'amitié et de belles idées . Et puis "80alattaque" qui se décarcasse avec Canalblog sans pitié,

http://80alattaque.canalblog.com

elle peut être félicitée pour ses publications . Mais aussi, sans faire de jalousie, Olivier qui a suivi mon "pauvre blog"

http://blogoliviersc.org/

Des mots importants pour moi :

- partage

- amitié

- santé

- bonheur partagé

5 6c29324a

6 bonne-annee-champagne

17 septembre 2013

18 / 01 / 2012 ...une "histoire d'amour" qui a pris fin cette nuit du 16 /09 / 2013 !

L' Elysée a quitté notre domicile et c'est tant mieux, cela n'a pas été sans appréhension, ni doute, ni anxiété ...mais depuis son installation, c'était des nuits d'enfer, pour moi et pour mon époux qui partage ses jours, ses nuits avec moi .

Il aurait pu quitter le domicile, car supporter des alarmes intempestives, des bruits divers et variés, chaque fois que je bougeais dans le lit; mais il est rester fidèle à son épouse et son " bastringue" respiratoire !

Aujourd'hui, la vie nocturne, dés ce soir sera peut-être plus paisible ?

Voilà je vous présente le nouvel assistant respiratoire nocturne

Vivo 50

j'étais tellement troublée, que j'avais mis je crois dans un commentaire "vino 50" je devais penser au vin

vivo50

Attention, c'est mignon "tout" ça mais avec ce beau "design" il faut imaginer une batterie de tuyaux qui partent de l'appareil et vont jusqu'à mon nez, Raymond avec beaucoup de patience à "monter" prêt à l'emploi, les différents éléments et HORREUR, les alarmes neutralisées ont commencé leur "cirque" alors un jeune technicien est venu très rapidement à domicile réexpliquer, les manipulations à faire et les "boutons" à ne pas toucher ...

vivo montageun "flou" artistique des lieux

Je m'étais jurée de ne plus parler de ces "choses" là de ma vie; mais je dois rassurer Francine ( vous savez, notre mamie octo ) et puis d'autres !

Aussi, sachez que la nuit dernière j'ai dormi, malgré mon corps "robotisé" avec des systèmes d'enregistrement; j'espère que la nuit à venir je sombrerai dans les bras de morphée,

morpheehttp://germanie.wikidot.com/morphee

et que Raymond n'aura pas les tympans brisés avec des alarmes, ce serait le comble.

Sur ce, il y a pire "et mon adorable toubib" m'a dit, juste avant de partir : "des cas comme toi, l'échéance plus ou moins proche,

c'est l'oxygène 24 h / 24 h" aussi positivons tant que nous le pouvons et croyons encore qu'il fait bon vivre .

P1090030Cette adorable "cétoine dorée" était là à mon retour, je suis inquiète en observant de près ses élytres maculées de blanc (Aile antérieure coriace, très rigide, inapte au vol des coléoptères et des orthoptères. La paire d’élytres protège les ailes postérieures membraneuses, seules aptes au vol.)

BONNE-NUIT

Posté par remiche à 18:02 - Personnelle
Tags : , ,

22 juillet 2013

Une vengeance gratuite et sans brutalité .

Seuls les + de 50 ans peuvent comprendre !  

Vengeance des vieux !

 

A la caisse d'un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.

La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit: 
 
 
" Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! "

La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique :  "Je suis désolée, il n'y avait pas de mouvement écologiste de mon temps".

mouvement écolo72800162_p

 Alors qu'elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :

"Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens.
C  'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps !"  

Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu'à l'époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin.
 
Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : 
 
Les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.  


 E
lle ajoute : 
 
De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d'ascenseurs. 
 
On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues , On marchait jusqu'à l'épicerie du coin.
 
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

 On ne connaissait pas les couches jetables : On lavait les couches des bébés. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde.

On avait un réveil qu'on remontait le soir. Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.

 

ecologie-electricite


 
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
 
On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées ,on utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon.
 
On travaillait physiquement; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

 

 

ecologie


 
On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif.
 
On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter. On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.
 
On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24. 
 
Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée.
 
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

  On n'avait qu'une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui. 

ALORS VIENS PAS ME GONFLER AVEC TON MOUVEMENT ECOLOGISTE ! 
 
 
Tout ce qu’on regrette, c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes c---s comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel… (pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand  on leur propose Vienne ou Athènes, etc ... mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance crasse !

                                                                         MERDE à la fin ! 
 
 
Merci de ne pas imprimer ce message afin de préserver l'environnement. 
 
Mais ne vous privez pas de faire suivre !
 
                                                                                  
(Ah ! ça défoule !)

grenouille3191

gaston écologiea970c-800wi

 Texte reçu par mail, quelques images du web (si une image vous appartient, n'hésitez pas à me contacter pour que j'indique la source)

PS

du matin

vous n'auriez pas du lire ça aujourd'hui

erreur de planification

zut & zut

par contre la mosaïque des fleurs est à voir ici

http://greenye.canalblog.com/archives/2013/07/22/27685379.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=greenye

bon lundi fleuri

 

barre-de-separationnb

je vous rassure, je ne débloque pas, contrairement à ce que CROIT une certaine personne, le "bon lundi" est arrivé après "coup" et je sais bien que nous sommes "lundi" aussi rendez visite à celle qui me surveille et me provoque

http://mamiekeke.over-blog.com/

sourire moqueur

 


13 mai 2013

Lettre à personne ...

Vous connaissez sans doute

"lettre à dieu", "lettre au président"

La Lettre à Élise - Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/La_Lettre_à_Élise
La Bagatelle en la mineur, WoO 59, « La Lettre à Élise » (Für Élise) est une pièce musicale pour piano en la mineur composée par Ludwig van Beethoven en ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lettre_%C3%A0_M%C3%A9n%C3%A9c%C3%A9e

tant

d'autres lettres

alors voilà, vous avez patienté

je vous remercie

P1070938

Lettre à personne,

du temps s'est écoulé depuis Pâques 2004, ce coup de pied au cul, qui a été accompagné par des mots inacceptables de la part d'un chef d'établissement, ça fait bizarre ce retour dans le passé, 9 ans se sont écoulés depuis. Refaire le monde, impossible, il a d'abord fallu accepter après une lutte inutile contre cette institution l' éducation nationale ( pas de majuscule) ! Un combat mené sans le moindre résultat, si ce n'est une muraille d'incompréhension avec laquelle, la vie a continué lamentablement son cours comme l'eau qui coule dans la rivière et fait tourner le moulin. Rage et désespoir ont fait bon ménage, sans que la déprime s'installe ! La tête "haute" , l'état "limite", vivre sans accepter ces congés maladies, congés longue durée imposés pour arriver enfin à la retraite au 1er septembre 2006, comme un soulagement (peut-être).

Nicolas un ancien collègue un jour m'appelle ( courant novembre 2006) : " nous tenons à arroser ton départ en retraite, accepterais-tu ? Viendrais-tu au Collège ? " comme Nicolas faisait partie de mes collègues qui avaient encore une place dans mes souvenirs et dans mon cœur, j'ai dit : "oui" .

Nicolas, il faut le dire enseignait non seulement au Collège Émile Zola, mais à la Maison d'arrêt du Garet ( Villefranche) et au Séminaire à Ars, le type même d'un professeur "atypique" avec une ouverture d'esprit extraordinaire, un homme vrai; donc je n'ai guère réfléchi pour accepter cette invitation, merci Nicolas, toi qui avais compris ma détresse et mon refus total de retourner sur mon lieu de travail où j'avais œuvré de janvier 1984 à Pâques 2004.

Le jour "j" n'a été que du bonheur, retrouver ces collègues qui étaient là pour m'honorer et me montrer à quel point mon départ les avaient surpris. J'ai d'abord eu un beau discours de Nicolas, et le chef d'établissement (penaud et con à la fois) s'est senti "obligé" de m'offrir la médaille de la ville (qu'il avait eu en pleurant sur l'épaule du Maire) !

Je suis revenue avec des beaux cadeaux et le cœur plus léger ...mais les blessures se cicatrisent mal dans un tel cas.

La fin d'année 2006, je pouvais dire : "je suis à la Retraite" . Mais Raymond continuait à bosser, des jours avec et des jours sans ...Il y a eu le jour où maman est venue vivre sous notre toit, car elle ne pouvait plus rester seule dans son appartement, peu de temps avant le mariage de Rémi avec Marilyn (20 septembre 2008) la vie était ce qu'elle était, la présence de maman m'obligeait à me lever assez tôt et surtout de préparer un repas pour midi, sinon elle remuait les casseroles et disait : "qu'est-ce que nous allons becqueter ?" nous sortions faire des promenades, elle m'aidait à soulever mon déambulateur et nous étions bien ensemble, jusqu'au jour où tout doucement, elle changeait, se mettait à ne plus vouloir vivre, à implorer le ciel de venir la chercher pour qu'elle puisse retrouver son époux; je ne me plaignais pas, je continuais à être avec elle qui ne me reconnaissait plus comme sa fille, la vie n'était plus un long fleuve tranquille, mais aidée par Raymond je tenais le coup, jusqu'au jour où il a fallu prendre malgré nous une grave décision (d'ailleurs certain(e)s n'ont pas compris) ...direction l'hôpital, notre ami, médecin traitant avait raisonné maman : "quelques jours, pour soulager Michèle..." elle ne comprenait pas, elle n'avait plus sa tête (par moment) . Rémi et Marilyn étaient en voyage de noces ...à leur retour maman n'était plus de ce monde; ils sont arrivés pour ses obsèques ( le jour de ses 89 ans) du jour où cette page s'est tournée, je suis devenue orpheline et bien désemparée; ma vie a basculé vers un nouveau rythme qui n'avait plus de repères, je ne savais plus qu'il y avait : "le matin, le midi, le soir" non je n'ai pas sombré, j'ai tenu bon; mais là depuis cette retraite qui arrive pour Raymond, rien ne va plus.

Pourtant, comme je l'ai attendu ce jour "j", qui sonnera le 31 mai 2013 ! Pour l'instant, cet homme qui partage mon quotidien depuis le 27 mars 1976 est là, en vacances, le rythme doit reprendre des normes oubliées, et moi je suis comme le bateau ivre, je ne sais plus très bien où j'en suis, avec en plus une fatigue inexplicable, une lassitude sans nulle autre pareille ...aussi un mal être, un mal de vivre s'est installé, je ne suis plus moi, et je n'accepte pas ce qui me diminue avec l'âge; je sais que d'autres en sont au même point .

Ne vous moquez pas, ne me montrez pas du doigt, je n'ai pas pu tout dire, ce blog n'est qu'un support pour une lettre à personne, que ces quelques mots déposés ici, m'ouvrent la porte vers des jours meilleurs en compagnie de mon tendre époux, qui fait tout ce qu'il peut pour moi, je sais que je ne dois pas me plaindre mais faire des efforts pour lui aussi, qu'il ne se voit pas partager sa retraite avec une "zombie". Je suis heureuse d'avoir Rémi et Marilyn, qui sont des amours d'enfants pour nous; Rémi a du travail, ses études lui ont permis de faire ce qu'il voulait; Marilyn a réussi son CAPES et, je me revois dans mes débuts de carrière; nous sommes fiers d'eux. Mais, j'ai sans doute en moi cette incertitude pour 2013 / 2014, Marilyn affectée dans l'Académie de Grenoble, ce n'est pas le bout du monde, aussi je voudrais tant qu'elle obtienne un poste qui soit dans ses voeux ( effectivement, elle aurait pu être nommée à Lille, Créteil ou ...) c'est peut-être un point qui me "taraude" l'esprit sans que je le veuille vraiment. Alors je crois que je vais clore cette démarche épistolaire faite en ce jour de pluie, de ciel gris où j'ai décidé de "vivre debout", sans aller me réfugier sous la couette, branchée au respirateur !

31083c30

Dans quelques jours une visite est programmée

une rencontre importante

celle de

http://colinekifouine.canalblog.com/

le jour des 60 ans de Raymond

avec

une réalisation encore surprise

http://messculptures.canalblog.com/

fin avril 027vous devez

vous souvenir de "la mort du pin"

P1070967Cybèle, fidèle au poste surveillera leur arrivée

 

1ahukybr

03 mai 2013

Lettre d'un vieux père à son fils ...

 

père et filsatt59c8f

 

"Si un jour tu me vois vieux, si je me salis quand je mange et que je ne réussis pas à m’' habiller, sois compréhensif, souviens toi du temps que j'’ ai passé à t'’ apprendre.
Si quand je parle avec toi je répète toujours les mêmes choses, ne m' ’interromps pas, écoute-moi… Quand tu étais petit, je devais te raconter chaque soir la même histoire avant que tu ne t’' endormes.
Quand je ne veux pas me laver, ne me fais pas honte, souviens-toi quand je devais te courir après en inventant mille excuses pour que tu ailles au bain.
Quand tu vois mon ignorance pour les nouvelles technologies, donne-moi le temps nécessaire et ne me regarde pas avec ce sourire ironique, j' ’ai eu tant de patience pour t’' apprendre l’' alphabet.
Quand par moment je n’' arrive pas à me souvenir ou que je perds le fil de la conversation, donne-moi le temps nécessaire à retrouver la mémoire et si je n' ’y arrive pas, ne t’' énerve pas, la chose la plus importante n’' est pas ce que je dis mais le besoin d' ’être avec toi et de t’' avoir là à m’' écouter.
Quand mes jambes fatiguées n' ’arrivent plus à tenir la cadence de tes pas, ne me considère pas comme un boulet, viens vers moi et offre-moi la force de tes bras comme je l’' ai fait lorsque tu as fait tes premiers pas.
Quand je dis que j' ’aimerais être mort, ne te fâche pas, un jour tu comprendras ce qui me pousse à le dire. Essaie de comprendre qu' ’à mon âge on ne vit pas on survit.
Un jour tu découvriras que malgré mes erreurs je n’' ai toujours voulu que le meilleur pour toi, que j’' ai tenté de te préparer la route.
Donne-moi un peu de ton temps, donne-moi un peu de ta patience, donne-moi une épaule sur laquelle poser ma tête de la même façon que je l’' ai fait pour toi.
Aide-moi à avancer, aide-moi à finir mes jours avec amour et compréhension, en échange je n' ’aurai que mon sourire et l' immense amour que j' ’ai toujours eu pour toi.
Je t' ’aime mon fils"

 

P1070846

P1070851

P1070852

Posté par remiche à 15:17 - Reçu par mail .
Tags : , , , , ,

13 avril 2013

La naissance, la vie, la mort ...

http://www.reussirmavie.net/Les-neuf-mois-avant-la-naissance_a104.html

L' Odyssée de la vie

Avez-vous 14 : 27 minutes à lui consacrer

?

 

FOETUS 28 semainesindex

Lorsque l'enfant paraît

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre
Les chaises se toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.
On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère
Tremble à le voir marcher.

Quelquefois nous parlons, en remuant la flamme,
De patrie et de Dieu, des poètes, de l'âme
Qui s'élève en priant ;
L'enfant paraît, adieu le ciel et la patrie
Et les poètes saints ! la grave causerie
S'arrête en souriant.

La nuit, quand l'homme dort, quand l'esprit rêve, à l'heure
Où l'on entend gémir, comme une voix qui pleure,
L'onde entre les roseaux,
Si l'aube tout à coup là-bas luit comme un phare,
Sa clarté dans les champs éveille une fanfare
De cloches et d'oiseaux.

Enfant, vous êtes l'aube et mon âme est la plaine
Qui des plus douces fleurs embaume son haleine
Quand vous la respirez ;
Mon âme est la forêt dont les sombres ramures
S'emplissent pour vous seul de suaves murmures
Et de rayons dorés !

Car vos beaux yeux sont pleins de douceurs infinies,
Car vos petites mains, joyeuses et bénies,
N'ont point mal fait encor ;
Jamais vos jeunes pas n'ont touché notre fange,
Tête sacrée ! enfant aux cheveux blonds ! bel ange
À l'auréole d'or !

Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche.
Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on marche.
Vos ailes sont d'azur.
Sans le comprendre encor vous regardez le monde.
Double virginité ! corps où rien n'est immonde,
Âme où rien n'est impur !

Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire,
Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire,
Ses pleurs vite apaisés,
Laissant errer sa vue étonnée et ravie,
Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie
Et sa bouche aux baisers !

Seigneur ! préservez-moi, préservez ceux que j'aime,
Frères, parents, amis, et mes ennemis même
Dans le mal triomphants,
De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles,
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,
La maison sans enfants !

bébé 68d6d49fhttp://toutsedireavecdesmots.centerblog.net/11-un-bebe

Et puis nous grandissons

c'est la vie plus ou moins chaotique

http://suite101.fr/article/apprendre-a-nos-enfants-a-construire-leur-bonheur-a35759#axzz2QG8487p8


"Une plume divine écrit notre histoire, tâchons de la faire belle, disait St François de Sales"

facile à dire

pas facile à réaliser

alors

il faut souvent faire " avec "

si la plume est divine, elle n'en est pas moins vulnérable, fragile, c'est la vie

 

Plumes

 

ecriture-plume1

l'encrier se renverse

 

stock-photo-1055348-oil-body-silhouette

http://francais.istockphoto.com/photo-1055348-encre-renverser-encrier-ecrivain-goutte.php

la plume n'a plus d'encre pour continuer à écrire

la mort arrive sans s'annoncer

 

la morthttp://www.reflecritiques.com/2012/01/de-la-crainte-de-la-mort.html

bon dimanche au soleil

bon dimanche783754079_n

17 mars 2013

Le visage ...

le visage est un texteOutlook


Si le visage est un texte, la ride est une écriture.

Pourquoi donc la haine de la ride ?
Parce que l’' homme dominant désire toujours la virginité : il veut une chair fraîche, une page blanche, sur laquelle imprimer sa puissance, ses désirs, sa force.
Jeunes, hommes et femmes s’' assemblent dans la joie de l’' amour naissant, celui des grandes aurores toujours aimables.
Mais le temps passe.
L' ’homme a exercé son pouvoir : il a enfanté, croit-il, il a dominé et jouit d' ’être aimé par celle sur le visage de laquelle il peut lire les signes de sa propre existence.
Sur le visage jadis lisse, vierge, il a imprimé sa marque.
Dix, quinze ou vingt ans ont passé. Il veut à nouveau ressentir le vertige d’' être jeune ; celle qu' ’il a aimée pendant quelques décennies et qui l’' a aimé lui retourne comme un miroir sa propre condition : des rides sont apparues, l’' âge est là, le temps inexorable, la mort à venir, pourtant pas si proche.
L’' homme alors congédie plus ou moins inélégamment celle qui lui a offert ses plus belles années et se remet lui-même sur le marché de l’' amour.
Il se met en quête, dans un mouvement incestuel, d' ’une jeune peau à croquer, une peau toute lisse, intacte et surtout vide, sur laquelle il va écrire à nouveau, encore une fois, le texte de sa puissance.(...) ]
Philosophie du visible
Le blog de Jean-Jacques Delfour - Si le visage est un texte…
Source Le Monde.fr

09 mars 2013

Au lieu de dire "indignez-vous" j'ai une envie soudaine de vous dire "oubliez-tout" ...

c'est vraiment

démoralisant

de lire chez Juliette sa note et les commentaires (il y a d'ailleurs le mien)

http://juliette03.over-blog.org/article-indignez-vous-115967291.html

certains commentaires chez moi pour le 8 mars de quoi se flinguer

mialjo

http://www.demain.me/article-je-m-indigne-ou-je-m-indigne-pas-115991076.html

petite fourmi

ginette

http://freeart.midiblogs.com/archive/2013/03/03/oranges-mecaniques.html

point excla pour rémi

je ne vois que du

page noirealors pour changer les idées

"Passe le temps sur mon pays"

passe le temps sur mon pays Jj1707315474http://vimeo.com/couchmode/romannemec/videos/sort:date/48977532

cliquez sur le lien ci-dessus

pour

oubliez

l'espace d'un instant

le chômage

les femmes battues

les terroristes

le diabète

le SIDA

le cancer

les suicides

Parkinson

l'hémochromatose

l'hiver

les guerres

la malbouffe

les politiques

etc

croyez plutôt aux

miraclehttp://www.directmatin.fr/insolite/2013-03-07/il-retrouve-la-vue-apres-un-passage-dans-une-grotte-sacree-415340

 dernière info du matin

pour mettre un peu de rose ici

roses 1

merci

pat06

Affiche_exporose-2013_web