15 décembre 2014

A la mi-décembre ... ? La fin d'année est proche !

Que faut-il vous offrir ?

Parler de quoi, de qui ?

Quelles sont vos attentes ?

Je manque d'inspiration, suite à l'observation des statistiques de mon blog; c'est - - - !

Un peu d'humour en images.

AutoportraitW

crêche humour 14_n

dessin8_arts_sciencesw

 

pere-noel-humour-jpg

 

Quelques dictons de décembre.

http://trucsmame.chez-alice.fr/pages_prov/prov_dec.htm

Quelques proverbes de décembre, amusez-vous à ... commenter !

http://www.linternaute.com/proverbe/theme/172-202/decembre/

Un beau poème découvert sur le net .

Décembre

Le hibou parmi les décombres
Hurle, et Décembre va finir ;
Et le douloureux souvenir
Sur ton coeur jette encor ses ombres.

photo-hibou

Le vol de ces jours que tu nombres,
L’aurais-tu voulu retenir ?
Combien seront, dans l’avenir,
Brillants et purs ; et combien, sombres ?

Laisse donc les ans s’épuiser.
Que de larmes pour un baiser,
Que d’épines pour une rose !

rose-geek-3

Le temps qui s’écoule fait bien ;
Et mourir ne doit être rien,
Puisque vivre est si peu de chose.

François Coppée, Les mois

Poème classé dans François CoppéeHiverLe temps qui passeSonnets.

pluie belle image89

Posté par remiche à 05:20 - Le temps qui passe
Tags : , , , , , ,


24 novembre 2014

Chapeau l'Artiste ! 150 ans ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_de_Toulouse-Lautrec

Il y a 150 ans naissait Henri de Toulouse Lautrec

http://www.toulouselautrec.free.fr/

Un lien ci-dessus très intéressant, si vous voulez mieux connaître l'oeuvre de Toulouse-Lautrec

Toulouse-Lautrec_monogram

  1. Toulouse-Lautrec
    Peintre
  2. Henri de Toulouse-Lautrec, né Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa le 24 novembre 1864 à Albi et mort le 9 septembre 1901 au château Malromé, est un peintre et lithographe français de la fin du XIXᵉ siècle. Wikipédia 
  3. Naissance : 24 novembre 1864, Albi
  4. Décès : 9 septembre 1901, Saint-André-du-Bois
  5. Taille : 1,37 m 
  6. Périodes : Postimpressionnisme, Art nouveau..........................................................................................................Je vais de ce pas vous offrir quelques tableaux de mon choix découverts sur le web ( dans images de Google ).

    1 tlthe-last-crunbs-1891

    2 tllautrecaffichesgoulue2

    713px_Portrait_de_Suzanne_Valadon_par_Henri_de_Toulouse_Lautrec La Buveuse 1889

            Mais que regarde-t-elle ?

  •            De sa bouche boudeuse?

     

           Que voit-elle devant elle ?

  1. Qui la rend capricieuse?
    Mais à quoi pense-t-elle
    Pour s'exposer buveuse?

    Lassitude
    Habitude
    Simple jeu.
    Ennui
    Mépris
    Les deux.

    La femme a ce regard
    De ceux qui ont compris
    Que rien n'est bien solide
    Tout est dans le liquide...

     

    18 mai An XILloassignature

    Lloas à  -  - 
     Merci Lloas pour ce poème trouvé sur le net; maintenant je vais vous dire que j'ai eu l'occasion de coucher dans une maison de la famille Toulouse-Lautrec : http://www.aveyron-gite-etape-sejour.com/
    Aussi je vous joins deux photos du photographe !

    DSCN5434-1

    DSCN5437-1

    3 tlthe-bed-henri-de-toulouse-lautrec-18931

Posté par remiche à 15:33 - Artiste peintre
Tags : , , , ,

21 octobre 2014

Promenade d'octobre en Provence !

P1100457

P1100477

P1100501

P1100503

Les feuillus se parent de belles couleurs, et des tableaux impressionistes s'offrent à notre regard; la nature est belle .

P1100508

P1100511

P1100506

Un pin majestueux s'impose, il résiste !

P1100524

Un platane "déplumé" joue au géant !

P1100521

Une grenade est prête à éclater ...

P1100489

La fontaine nous offre à boire, c'est l'heure de " l'apéro " jamais de Pernod sans eau !

P1100514

Une belle construction au milieu des oliviers.

P1100538

Couleurs d'automne.

P1100542

L'ennemi de Cybèle surveille les petits oiseaux.

Partager Paul VERLAINE   (1844-1896)

Chanson d'automne

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur
D'une langueur
Monotone.

au-son-des-violons
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

pleursde4c26b3



Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

sam2381

 

Posté par remiche à 09:06 - Photographie(s) personnelle(s)
Tags : , ,

15 octobre 2014

ATTENTION à VOUS ! Gare au loup garou !

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/06/10/la-population-de-loups-en-france-depasse-les-300-individus_4435209_3244.html

loups-3

Partout dans le monde, notamment en France, les mauvaises nouvelles se succèdent : les espèces sauvages sont malmenées, attaquées, empoisonnées, piégées, vendues en captivité, mitraillées, bétonnées, éliminées avec une fureur obsessionnelle.

 Notre espèce ne supporte plus ce qui lui semble étranger, ce qui la gêne, ce qui lui coûte un peu d’argent, ce qui perturbe sa folle illusion du bonheur par la "croissance". En France, les voix les plus haineuses s’élèvent pour que soient massacrés les bouquetins du Bargy, les loups un peu partout et les derniers ours dans les Pyrénées.

 Des animaux qui font partie de nos rêves

 

Le-grand-mechant-loup-en-litterature_9653

 

 Hélas, les autorités de l’État, poussées par quelques politiciens à courte vue et quelques groupes d’éleveurs ou de chasseurs braillards, autorisent ce que jamais je n’aurais cru possible : des "prélèvements", des "campagnes d’assainissement" ou des "tirs d’effarouchement" (ah ! ces litotes !) d’espèces protégées, parfois jusque dans des parcs nationaux ! 

 Les grands animaux sont les victimes offertes de cet holocauste. Ils sont indispensables à l’équilibre des grands milieux naturels. Mais il y a peut-être plus important : ils font partie de nos rêves. Je développe cette idée dans mon essai "Éloge des mangeurs d’hommes", qui paraît aux éditions Arthaud, et dont voici un passage.

 Qui pourrait chiffrer, en euros ou en dollars, en sesterces ou en ducats, en louis ou en maravédis, le prix du plaisir que nous prenons à contempler une forêt, un éléphant, un papillon, la splendeur d’un récif de corail ? Quelle est la valeur vénale du saut du dauphin ou du chant du rossignol ? Combien pourrait- on négocier le spectacle de l’orque qui chasse, du requin qui rôde, du tigre qui ondule dans la savane, du lion qui secoue sa crinière, du loup qui trottine dans la neige ou de l’ours qui se dandine en attendant le saumon ?

 Jaguar, loup, éléphant : des pans entiers de nos cultures

 Comment chiffrer, pour l’enfant, l’importance de savoir que le loup du Petit Chaperon rouge trotte encore "pour de vrai" dans la forêt ? Que l’aigle des Fables de La Fontaine plane toujours sur la montagne ? Trois petits ours continuent de hanter la sapinière ? Comment les petits Inuits accéderaient-ils à leur mythologie – à la légende de Sedna – si l’ours polaire, le narval, le requin du Groenland et le phoque venaient à manquer ?

 Comment les gamins de l’Inde comprendraient-ils le Râmâyana s’il n’existait ni éléphants d’Asie, ni tigres, ni ours lippus, ni cobras à lunettes ?

 Pour les petits Africains, que signifieraient les histoires racontées par le griot, sous le baobab, sans l’éléphant d’Afrique, le crocodile, la girafe, la panthère et le lion ?

 Comment les enfants d’Amérique centrale pourraient-ils reconnaître, sur les pyramides aztèques ou mayas, le jaguar et le python sacrés, si ce félin et ce serpent n’existaient plus dans la jungle ?

 Comment les jeunes Aborigènes australiens garderaient-ils le contact avec la culture de leur peuple et le Temps du Rêve, sans le crocodile marin, le python, le requin de récif et le dingo ?

 Quant aux Maoris de Nouvelle-Zélande, ils ne sauraient même plus d’où ils viennent : leur cosmologie raconte que leurs ancêtres gagnèrent leur "île du long nuage blanc" assis sur le dos d’une baleine…

 Un héritage qu'on doit laisser à nos enfants

 En anéantissant les grands prédateurs, ainsi que la faune et la flore qui leur sont associées, nous ferions disparaître des créatures indispensables à l’équilibre de notre planète. Nous nous priverions d’espèces uniques et merveilleuses, que l’évolution darwinienne a forgées et perfectionnées durant des millénaires.

 En anéantissant ces splendeurs qui, parfois, nous blessent ou signent notre mort, nous perdrions bien davantage. Nous nous couperions des racines mêmes de notre culture. Nous renierions une large part de notre civilisation. Nous nous séparerions de ce qui nous a fait hommes bien avant l’invention du fusil-mitrailleur, de la tronçonneuse et du bulldozer. Nous  interdirions à nos enfants des spectacles de nature sublimes, mais nous les isolerions surtout de la plupart de nos récits mythologiques, de nombre de nos poèmes, de nos romans, de nos peintures, de nos films ou de nos bandes dessinées.

 pour info source du texte ci-dessus : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1249430-ours-lions-loups-en-detruisant-la-biodiversite-c-est-la-civilisation-qu-on-tue.html

Le loup dans les fables de La Fontaine est une "vedette" !

* Le loup et l'agneau

* Le loup et la cigogne

* Le loup et le chien

* Le loup, la chèvre et le chevreau

 

le-20loup-20et-20la-20cigogne

 

le loup et l agneau

 

le loup et le chienpage04

 

le loup la chèvre298_001

 

 Voici quelques exemples de Fables que nous avons certaines apprises à l'école; ces fables ont toutes une morale . Et puis vous connaissez aussi une belle histoire...http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Petit_Chaperon_rouge

Les loups sont ...

 

Posté par remiche à 00:15 - Règne animal
Tags : , ,

05 septembre 2014

Suivez le guide ! Petite promenade en septembre dans le jardin ...

Un guide parfait !

P1100300

P1100301

Vous allez voir de jolies fleurs ...et un petit visiteur .

P1100276

P1100279

P1100281

P1100290

P1100291

P1100293

P1100305

P1100308

Green

 Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches

Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.


J'arrive tout couvert encore de rosée

Que le vent du matin vient glacer à mon front.

Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée
Rêve des chers instants qui la délasseront.

amant2


Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête

Toute sonore encor de vos derniers baisers
Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête
Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

Paul Verlaine

Désolée, je n'ai pas de fruits à vous offrir, seul un pied de vigne avec quelques misérables grappes de raisin ayant survécues aux orages; ce n'est pas cette année que nous ferons du vin !

2013-09290038

Posté par remiche à 15:01 - Botanique ...et poésie
Tags : , ,


01 mai 2014

Mois de Mai ...

En 2013 : tu t'es mal terminé, avec la fracture de mon péroné/droit; et depuis un engrenage de problèmes dont je ne vois encore pas la fin !

En 2014 : de quoi seras-tu fait ? Seul l'avenir pourra en témoigner; j'espère que le bout du tunnel va s'ouvrir sur la lumière et la joie.

tunnel-croix-rousse-rouverture31

Joie d'une naissance tant attendue, qui ne saurait tarder et les vers du grand Victor seront à déclamer .

Lorsque l'enfant paraît

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre
Les chaises se toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.
On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère
Tremble à le voir marcher.

Lumière illuminant ma vie pour continuer d'avancer avec enthousiasme sur les pas de Cybèle, Raymond qui me porte depuis la fracture, Rémi, Marilyn mais surtout, le petit ange qui va combler ses parents et nous tous .

Alors, que ce symbole du 1er mai soit VRAI, qu'il nous offre ce bonheur, que nous méritons; des mots qui doivent sonner juste :

muguet1[1]

 

muguet-bonheur

 

muguet4

J'ai voulu faire "un pied de nez" à mai 2013; pour mai 2014, une personne a anticipé en m'écrivant : " le petit est né, TOUT va bien, yes yes " .

Aussi ce soir "chantons le joli mois de mai" comme dans certaines régions ( j'ai lu que des jeunes allaient reprendre la tradition près de chez nous ).

Mai : c'est aussi le mois de Marie dans une autre rubrique

http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/le-mois-de-mai-mois-de-marie-catholique,

j'ai besoin de le rappeler ici .

 

mai marie78031289_o

En attendant ...

Posté par remiche à 01:05 - Personnelle
Tags : , , , , , , ,

22 mars 2014

22 v ' la ... les giboulées de Mars !

ciel-orageux-attention-aux-giboulees-de-mars--700-4844

quelques liens sur le sujet du jour

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hiver

http://fr.wikipedia.org/wiki/Giboul%C3%A9e

http://fr.wikipedia.org/wiki/Printemps

http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2014-03-22-06h00/giboulees---comment-se-forment-elles---24604.php

Giboulées

giboulée 1d8f9397

giboule_0916

images du Web "merci Google" et "merci aux auteurs"

(si une image doit être supprimée ... me le faire savoir)

barre chien0gk4gvak

Giboulées

  La pluie éparpille un bouquet

 De perles tièdes et légères.

 On entend chanter les bergères

 Et les oiseaux dans les bosquets.

  Le soleil joue à cache cache

 Avec les gros nuages gris.

 Les moutons blancs, les veaux, les vaches,

 Dans les près semblent tout surpris !

 Et voici que parmi l'ondée,

 Comme du fond d'un vrai pastel,

 On voit monter, arche irisée,

 Le pont joyeux d'un arc-en-ciel.

  Raymond RICHARD

 [À petits pas" - Editions du Cep Beaujolais]

barre chien0gk4gvak

Les giboulées de Mars / poème vendéen

Les giboulées de Mars

 Comme un joyeux canard se payant une ondée
Je navigue sans but au gré de mes sabots,
Dans les pacages verts de ma douce Vendée
Au souffle du printemps qui s'éveille en sursaut

Sur le bocage nu, tout s'étoffe et bourgeonne
Le gai soleil louvoie dans le bleu et le noir
Chassant la giboulée qui déverse et qui tonne
Et lessive l'hiver à grands coups d'arrosoir

 Si les prunelliers noirs ont mis leurs robes blanches
Violette épinglée au revers du talus
Mon cœur a endossé son âme des dimanches
Primevères, couco
us...! Soyez les bienvenus

 Du vieux chêne qui borde un chemin de traverse
Sur la plus haute branche, va se loger Margot
De son globe épineux que la bourrasque berce
Dame pie courroucée m'interpelle en argot

Et je flane rêveur au gré des éléments
Dans les pacages verts de ma douce Vendée
Savourant les parfums de la rose des vents
Comme un joyeux canard se payant une ondée.

Félix Moreau - 15 décembre 1987 - Treize-Septiers (85600)

Posté par remiche à 16:24 - Saison
Tags : , , , ,

23 septembre 2013

Voilà, c'est l'automne ...et il y a 100 ans !

Début de l'automne : Dimanche 22 septembre 2013.

Fin de l'automne : Vendredi 20 Décembre 2013

Aujourd'hui dimanche "on" pourrait croire à un été indien, mais il ne faut pas se leurrer.

P1090014Le tulipier perd déjà quelques feuilles

P1090016Les physalis jouent " aux lanternes" .

http://fr.wikipedia.org/wiki/Physalis

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !"

Alphonse de Lamartine

P1090020Les dernières roses s'offrent encore à nous ...invitation au voyage .

http://www.lexpress.fr/culture/video-google-doodle-roland-garros-traverse-la-mediterranee-et-l-histoire_1284265.html

100th_anniversary_of_the_first_non-stop_flight_across_the_mediterranean_sea-2078005-hp

Posté par remiche à 09:16 - Saison
Tags : , , , , ,

05 septembre 2013

Chasser le "mauvais sort" ...qui sait ?

Partager
Recueillement

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond s'endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l'Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

P1080761

Derrière cette grille une Abbaye, celle du Thoronet; j'accuse et je dénonce : "visites adaptées pour les personnes handicapées" c'est faux ! Je n'ai rien vu, malgré la bonne volonté de mon époux, qui ne recule devant rien ! Alors je vous offre quelques photos, pour me changer les idées en attendant le magicien anti-douleur.

P1080757

P1080763

P1080768

P1080770

P1080774

Et le plus incroyable : "gratuité pour la personne handicapée et l'accompagnateur" !

P1080772

P1080773

P1080777

P1080787

P1080788

Que demandez de plus ? J'étais assise gratuitement dans mon fauteuil roulant, j'attendais sagement, le retour du photographe !C'est beau la vie !
Cette abbaye, a ses " soeurs " , Sylvacane et Sénanque; ce sont trois abbayes cisterciennes de Provence. Pas une réussite pour la fin de cure 2013; mais pas grave, j'aurai d'autres choses à vous montrer, si j'ai du courage et surtout l'envie de voir vivre ce blog. Au fait pour la rentrée, je voulais vous faire croire que je reprenais le chemin du collège; non je reste tranquille, la jeunesse est là pour prendre la relève et c'est bien mieux ainsi.

Posté par remiche à 18:29 - Etat d'âme
Tags : , , , ,

01 août 2013

Un nouveau mois : août ! Retour sur des pensées.

1104http://fr.wikipedia.org/wiki/Ao%C3%BBt

1105

1704La nuit d'août (extrait)

par

Alfred de Musset

Ô
Muse ! que m'importe ou la mort ou la vie ?
J'aime, et je veux pâlir ; j'aime et je veux souffrir ;

J'aime, et pour un baiser je donne mon génie ;
J'aime, et je veux sentir sur ma joue amaigrie
Ruisseler une source impossible à tarir.

J'aime, et je veux chanter la joie et la paresse,
Ma folle expérience et mes soucis d'un jour,
Et je veux raconter et répéter sans cesse
Qu'après avoir juré de vivre sans maîtresse,
J'ai fait serment de vivre et de mourir d'amour.

Dépouille devant tous l'orgueil qui te dévore,
Cœur gonflé d'amertume et qui t'es cru fermé.
Aime, et tu renaîtras ; fais-toi fleur pour éclore.
Après avoir souffert, il faut souffrir encore ;
Il faut aimer sans cesse, après avoir aimé.

Posté par remiche à 08:01 - Le temps qui passe
Tags : , ,