28 novembre 2014

Philosophons un peu ! Je suis partie d'une citation ...

...

oui une citation inspirée, d'un vécu qui éclate au grand jour sur FB, en effet 2 amis qui étaient séparés, ont indiqué du jour au lendemain : " en couple" ( je vous rassure, un homme et une femme ).

Jusque là, rien d'anormal, mais voici les mots qui me sont venus à l'esprit : " pour vivre heureux, vivons cachés" c'est Epicure qui a dit ceci !

Alors vous allez me dire de quoi elle se mêle ?

Mais, c'est bien de dévoiler un changement de situation, mais en faire trop et inciter des commentaires multiples, je trouve cela indécent.

Quelques liens vont aider la réflexion.

http://dutempspoursoi.free.fr/Connaissancegenerale/Philosophie/Epicure.htm

http://www.la-vie-du-jardin.com/accueil/therap.php

therap-Epicure

connais-toi-toi-même

 http://www.sagesse-marseille.com/culture/conferences/epicure.html

J'ai une crainte, c'est de vous saouler; alors ne lisez pas tous ces liens, mais essayez de donner vos sentiments sur "pour vivre heureux, vivons cachés".

Est-ce bien ?

Est-ce mal ?

 Devons-nous nuancer ?

Sommes-nous heureux, si nous nous enfermons, et évitons les autres ?

Lettre à Ménécée - Free

philo.berthelot.free.fr/upload_download_de.../Ménécée,%20Intro.doc
L'optimisme épicurien : le bonheur est « à notre portée et facile à se procurer » .... D'où le fameux adage épicurien : « Pour vivre heureux, vivons cachés. ».
Sur ces derniers mots très intéressants ( attention il faudra télécharger pour les lire ) je vais mettre un dernier lien pour la beauté d' une image surprise.

21872

barre c68b423c

SOS

Aujourd'hui j'allais après avoir philosophé un "max" , oublier l'essentiel, l'anniversaire de Rémi 

point-d&-39;exclamation_2997219

1985 / 2014

Le compte est bon 29 ans, tu grandis et d'autant plus depuis que tu es papa d'un beau garçon Mathias (pour le protéger, je suis interdite de photo ici ) .

Remi (1)

Joie, bonheur, nous nous retrouverons samedi soir pour fêter cet anniversaire dimanche .


08 novembre 2012

Parler ou se taire ?

"Le meilleur usage que l'on puisse faire de la parole est de se taire"

Tchouang-Tseu

découvert ici

http://www.cleomede.com/

 

BARRE feuilles9

qui est donc Tchouang-tseu

?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tchouang-tseu


Parler pour ne rien dire par lylybel

cette vidéo a peut-être été déjà publiée sur ce blog

tant pis

"20 fois sur le métier remettez votre ouvrage"

barre de séparation avec une rose

 

si l'ébullition neuronale avait atteint son paroxysme

la mayonnaise est retombée et nous pouvons prendre un nouvel envol

vers des horizons plus lumineux

pour la rime

"merci mon dieu"

gif-anime-papillon-7-gratuit

gif-anime-papillon-7-gratuit

gif-anime-blog-3-gratuit

aujourd'hui nmoi aussi

26 bougieset

que ces lumières brillent pour C.....

merci "juju" d'être présente

Posté par remiche à 08:11 - Citation
Tags : , , ,

15 juin 2012

Une question fondamentale : ne fuyez pas, lisez...si votre emploi du temps vous le permet ! Sinon ne perdez pas votre temps !

attention


que les

 mécréant, mécréante

impie
païen(ne)
irréligieux
impénitent(e)
blasphémateur
athée
etc
ne perdent pas de temps ici

circulez-rien-a-voir-00036

si ça vous intéresse

cliquez sur le lien ci-dessous pour lire l'article

solerune-596551-jpg_409601

Repères

1933 Naissance à Arles- sur-Tech.

1959 Agrégation de lettres classiques.

1973 " Sémiotique de la nourriture dans la Bible " (revue " Annales ").

2002 " Aux origines du Dieu unique ", t. I : " L'invention du monothéisme " (Ed. de Fallois), salué par Edgar Morin et Claude Simon. Réédité dans la collection " Pluriel " (Hachette).

2009 " La violence monothéiste " (Ed. de Fallois). 2012 " Qui est Dieu ? " (Ed. de Fallois).


moise-traversee-mer

"MOÏSE NE CROYAIT PAS EN DIEU."

JEAN SOLER PRéFèRE LA VéRITé QUI DéRANGE

A L'ILLUSION QUI SéCURISE .

moise2

BON VENDREDI

attention

cette note s'autodétruira rapidement

1853415675_54

http://serjblancetnoir.blogspot.fr

attention

nole-apocalypse1

Posté par remiche à 06:15
Tags : , , , , , ,

01 février 2012

Théophile Gauthier : 1811 / 1872

Théophil_Gautier_1856_Nadar

Le merle

Un oiseau siffle dans les branches
Et sautille gai, plein d'espoir,
Sur les herbes, de givre blanches,
En bottes jaunes, en frac noir.

C'est un merle, chanteur crédule,
Ignorant du calendrier,
Qui rêve soleil, et module
L'hymne d'avril en février.

Pourtant il vente, il pleut à verse ;
L'Arve jaunit le Rhône bleu,
Et le salon, tendu de perse,
Tient tous ses hôtes près du feu.

Les monts sur l'épaule ont l'hermine,
Comme des magistrats siégeant.
Leur blanc tribunal examine
Un cas d'hiver se prolongeant.

Lustrant son aile qu'il essuie,
L'oiseau persiste en sa chanson,
Malgré neige, brouillard et pluie,
Il croit à la jeune saison.

Il gronde l'aube paresseuse
De rester au lit si longtemps
Et, gourmandant la fleur frileuse,
Met en demeure le printemps.

Il voit le jour derrière l'ombre,
Tel un croyant, dans le saint lieu,
L'autel désert, sous la nef sombre,
Avec sa foi voit toujours Dieu.

A la nature il se confie,
Car son instinct pressent la loi.
Qui rit de ta philosophie,
Beau merle, est moins sage que toi !

merle_male

http://www.lesitelaplume.com/merle.html

0102

Posté par remiche à 11:20 - Saison et poèsie
Tags : , , , , , ,

13 décembre 2011

Le temps passe si vite ....il faut vider son sac avant d'être trop chargée !

être vivant agoravox

2011

va bientôt se terminer

 l'heure du bilan va sonner en déplaise à certain(e)s peu m'en importe à ce jour

"qu'on se le dise"

je dédicace cette note à Renée

bougie mk flamme

http://mamiekeke.over-blog.com/

&

Christiane-Eliette

elle oeuvre ici

http://www.francopolis.net/index.htm

il y a ce qu'on appelle dans le langage courant

des vivants

 Insectes_copienature en danger canalblog

Requins_et_reptiles_copie

Mammif_res_terrestres_copie

des morts

feuille morte

bois mort

Bretagne mai 2011 270

mais

aussi et je l'espère pour eux des morts - vivants

j'emprunte à Wikipédia cette explication

Les morts-vivants sont, dans la culture populaire, des êtres morts qui continuent à se manifester. Au sens strict, le terme désigne un cadavre réanimé, en général par magie, comme les zombis, et au sens étendu, les esprits de personnes mortes revenues comme fantômes. Les cadavres réanimés possèdent encore leur corps, par opposition aux esprits, spectres et fantômes, qui peuvent être morts mais ne possèdent plus de ce dernier, et sont donc parfaitement intangibles. Il existe des morts-vivants de tous les types dans la plupart des croyances, dont la symbolique a été reprise pour les œuvres modernes. Les morts-vivants forment un thème populaire des romans et des films d’horreur, ainsi que de jeux de rôle. Les vampires et les zombis, ont vu une abondante littérature et filmographie leur être consacrée.

 Sur ce blog , le chemin cette année a été semé d'obstacles , des pierres se sont mises en travers du chemin et il a fallu redoubler de courage , pour ne pas tomber , mais au contraire se relever et devenir plus forte

"Ne laisse pas un mauvais jour te faire croire que toute ta vie est misérable ."

"La première raison pour laquelle les gens abandonnent c'est qu'ils mesurent le chemin à parcourir , au lieu du chemin déjà parcouru."

"Quand tu cesses de courir après les mauvaises choses tu donnes aux bonnes choses la chance de t'attraper ."

3 pensées offertes par Femmes Québec qui collent bien avec ce que je veux dire ici .

planete-terre votre-efficacité-personnelle

ces morts-vivants

qui ont pris un autre chemin

j'espère qu'ils vont bien et surtout qu'ils sont toujours vivants et en bonne santé

"Par ailleurs, j'ai approfondi mes connaissances dans le domaine psychologique"

en particulier

dans un domaine insoupçonnable

celui des pervers manipulateurs (*)

ou pervers destructeurs

(*) qualificatif utilisé par une amie qui se reconnaîtra

!

 ici 2 liens peuvent être utiles

http://manipulateur.blog.mongenie.com/

http://manipulateurs.wordpress.com/

mais aussi cette fable

Les animaux malades de la peste

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom),
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ;
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie ;
Nul mets n'excitait leur envie,
Ni loups ni renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie ;
Les tourterelles se fuyaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.

Le lion tint conseil, et dit : " Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune.
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux ;
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements.
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons,
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense ;
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut : mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter, selon toute justice,
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le renard, vous êtes trop bon roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse.
Eh bien ! manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes, Seigneur,
En les croquant, beaucoup d'honneur ;
Et quand au berger, l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Étant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire. "
Ainsi dit le renard ; et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du tigre, ni de l'ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses :
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'âne vint à son tour, et dit : " J'ai souvenance
Qu'en un pré de moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense,
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. "
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.

Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

La Fontaine, "Fables" (VII, 2)


pervers narcissiques, victimes et Fables de La... par entraideapn

 

Bretagne mai 2011 055

infos : images du web , natureendanger.canalblog.com,votre efficacitépersonnelle.com ; photos persos

Bretagne mai 2011 206

Que les GRANDES marées emportent au loin tous ces tourments.....

aaa

clin d'oeil final reçu par email (merci Joseph)

l'heure du bilan

!

http://femmesqc.com/archives/pdj1312.htm

Posté par remiche à 01:13 - Le temps qui passe
Tags : , , , , ,