29 mai 2012

Je vous annonce mon grand projet !

projet fou _n

effectivement

suite à des rencontres sur le "net" surtout

mais aussi dans la réalité

Zyeux

c'est ma nouvelle folie du moment

"soyons fous ou folles & soyons réalistes"

*****

" La colère est une courte folie." disait Horace

moi : j'en doute

" Les fous passent, la folie reste." de Sébastien Brant

moi : je vois mieux l'inverse

" Trop d'intelligence tourne en folie." de Proverbe kongo

c'est certain

"Folie pour folie, prenons les plus nobles."

?

" L'action est une brève folie." de Paul Valéry

mon Dieu

" La folie est un don de Dieu." de Jim Fergus

quelle dure réalité, quand je pense à des énergumènes

  1. (Théologie) Personne possédée du diable.
    • Exorciser un(e) énergumène.
  2. (Figuré) Celui ou celle qui se livre à des mouvements excessifs d’exaltation, de colère, qui parle et s’agite avec violence.
    • Que des lois nouvelles leur donnent le moyen de mieux protéger les familles naufragées dont le père est devenu un énergumène, un débile mental ! (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)

     

"La folie est le propre de l'homme." de Blaise Cendrars

voilà nous y sommes

suivez mon regard

Zyeux

je peux aussi reprendre

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89loge_de_la_Folie

ou encore

http://www.publius-historicus.com/elog_fol.htm

éloge de la folie

mais aussi un trésor

la_cage_aux_folles

Je pourrais m'étendre encore davantage, sur ce grand projet, sur ce vaste sujet;

mais je finirais peut-être par vous fatiguer, ou vous contaminer; aussi je vais en rester là en vous disant, que des fous & folles existent, j'en ai rencontré dans ma vie, je n'aurais jamais pensé, trouver ces énergumènes, sur mon chemin au demeurant chaotique que j'ai voulu paisible; suivez mon regard où l'horizon prend fin

&

 je vous invite à me suivre

L'Amour et la Folie

Tout est mystère dans l'Amour,
Ses flèches, son carquois, son flambeau, son enfance:
Ce n'est pas l'ouvrage d'un jour
Que d'épuiser cette science.
Je ne prétends donc point tout expliquer ici:
Mon but est seulement de dire, à ma manière,
Comment l'aveugle que voici
(C'est un dieu), comment, dis-je, il perdit la lumière;
Quelle suite eut ce mal, qui peut-être est un bien
J'en fais juge un amant, et ne décide rien.

La Folie et l'Amour jouaient un jour ensemble:
Celui-ci n'était pas encor privé des yeux.
Une dispute vint : l'Amour veut qu'on assemble
Là-dessus le conseil des Dieux;
L'autre n'eut pas la patience;
Elle lui donne un coup si furieux,
Qu'il en perd la clarté des cieux.

Vénus en demande vengeance.
Femme et mère, il suffit pour juger de ses cris:
Les Dieux en furent étourdis,
Et Jupiter, et Némésis,
Et les Juges d'Enfer, enfin toute la bande.
Elle représenta l'énormité du cas;
Son fils, sans un bâton, ne pouvait faire un pas:
Nulle peine n'était pour ce crime assez grande:
Le dommage devait être aussi réparé.
Quand on eut bien considéré
L'intérêt du public, celui de la partie,
Le résultat enfin de la suprême cour
Fut de condamner la Folie
A servir de guide à l'Amour.

 



Jean de La Fontaine

 

 

amour2

Fin de mon délirium !

Images du web + fable de La Fontaine, pour finir en beauté qu'en l'amour & la folie s'unissent !

 

bon mardi sur la folie 


Posté par remiche à 05:29 - Etat d'âme
Tags : , , , , , ,


02 décembre 2011

Un auteur , un livre , une note de lecture de son professeur ..

Note de lecture : décembre 2011

 

RHAPSODIE  POUR  UN  ANGEcouverture livre _

 

De PAUL  DURAND-DEGRANGES

 

paul durand d_

http://www.amazon.fr/Paul-Durand-Degranges/e/B004MKC9LW/ref=ntt_athr_dp_pel_pop_1

 Editions Kirographaires.                                           En vente sur AMAZON

http://www.amazon.fr/gp/product/2822501041/ref=as_li_ss_tl?ie=UTF8&tag=mogsco-21&linkCode=as2&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=2822501041

ou ici :

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/paul-durand-degrange/rhapsodie-pour-un-ange,44756501.aspx

 

Voilà un excellent roman policier, je dirais même grand , car le genre policier apparaît, bien à tort, dans la littérature comme un genre mineur !

Histoire banale et très en vogue d’un tueur en série : mais c’est la manière dont ce sujet  ordinaire est traité qui en fait sa force, et c’est ce que l’on retient à la lecture et c’est ce qui vous tient en haleine pendant toute cette lecture .

Le titre, d’abord par son évocation musicale est un clin d’œil à bien des films noirs :<> ou <>, la musique et la mort vont de pair .

Mais bien plus, Michel de Montaigne avait déjà utilisé l’image de la rapsodie pour définir son texte : LES ESSAIS , utilisé dans le domaine de la couture, une « rapsodie » était un ensemble de pièces de tissus cousues ensemble à fin de fabriquer une pièce plus importante , on appellerait cela ,actuellement , un patchwork dont le but est plus esthétique, bien que la manière soit identique. .

deco-murale-495961-debb0_big

La première de couverture nous offre une image particulièrement bien choisie pour représenter un ange : joufflu et innocent, regard vide ou absent qui se dérobe : très inquiétant , et des ailes rappelant les cornes du diable ou des oreilles d’âne.

L’écriture est remarquable par sa maitrise alternant la dérision , la drôlerie même, le cynisme, la violence, la haine et le mépris tout ensemble . le style est tendu et rend l’émotion plus intense.

Ce  qui frappe d’abord c’est que le récit n’est pas continu : avec une extraordinaire habileté, le narrateur , jongle avec le temps, passé lointain , présent , passé récent , s’entrecoupent ; habilement tissés autour des thème principaux comme une rapsodie à la Montaigne.

Et c’est là,  la grande prouesse de l’auteur de promener son lecteur de retours en arrière en bonds en avant ,  puis pauses sur image et reprises sur un  temps dont on ne sait où il se situe , mais qui permet toujours de cerner l’histoire du personnage, de mieux le comprendre, de progresser avec lui dans le récit.

Un récit qui loin d’être terne allie aussi toutes les techniques romanesques ,sobres descriptions  comme des traits de croquis qui vont à l’essentiel, dialogues bien maitrisés, pas de bavardages inutiles, tantôt le style direct , tantôt le dialogue théâtral et toujours pour mieux faire apparaître la dualité du personnage, en italiques : le flux de la conscience du héros

toujours tue aux  personnages.

ANGE ou Démon , voilà brièvement le thème et la question que se pose le lecteur  oscillant de l’un  à l’autre , plutôt victime d’une malédiction, victime inconsciente qui apporte la mort autour de lui autant qu’il la donne ; et c’est pour le sauver ou le neutraliser que la justice , incarnée par l’inspecteur Dujardin , l’amitié incarnée par Jean et le « travail analytique » par Michaël, vont coordonner leurs pouvoirs .

Mais le thème du secret refoulé est la clef de voûte qui tenait cet être hybride, bisexuel  et complexe. LA clef de voute s’effondrant , il ne reste plus qu’à Ange a effectuer son dernier saut celui de l’ange .

La vision récurrente dans le texte d’une valise sans propriétaire qui « se fait la malle »blessant les gens sur son passage n’était-elle pas celle de Ange jeté dans la vie sans garde-fou ?

PAUL DURAND-DEGRANGES vit en Provence , il a toujours écrit ,  et avec ce roman il prouve la maîtrise parfaite qu’il a de son art.

 

ELIETTE VIALLE  : mon amie depuis le lycée !

christiane

 infos : couverture du livre image sur le site Amazon; photo de l'auteur (idem) ;image  pour rapsodie ,décoratif mural Patchwork Rapsodie d'Automne sur le web google .

 

 rapsodie

image du web / source sur l'image

Posté par remiche à 02:12 - Livre
Tags : , , , , , , ,