01 décembre 2014

Décembre, dernier mois de l'année ...

330px-George_Sand

http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Sand

" Gardez bien en vous ce trésor , la gentillesse. Sachez donner sans retenue ,perdre sans regret, acquérir sans mesquinerie."

George Sand

Une photo partagée sur FB  par Fille du vent, une communauté .

https://www.facebook.com/635232783184466/photos/a.635241096516968.1073741828.635232783184466/801203139920762/?type=1&theater

fille du vent_3239585496645778530_n

 

Le vent  soulève mer et océan, emporte les feuilles d'automne qui jonchent le sol...

l'hiver va bientôt frapper à nos portes !

Profitons encore des jours de douceur; pensons à ceux qui subissent de graves inondations; la Planète est déboussolée par notre faute, elle pleure.

peinture bleue10841568_625437400912772_2124199857_n

Posté par remiche à 16:44 - Le temps qui passe
Tags : , , , , ,


21 novembre 2014

A la sauce Mickey !

325 ème jour de l'année.
47ème semaine de l'année.

La Lune : Croissant Descendant 

widget-day-moon-phase-8

Proverbe du vendredi 21 novembre 2014Quand il gèle en novembre, adieu l'herbe tendre.Proverbe du vendredi 21 novembre 2014

 

@

21-11-1694 : Naissance de Voltaire à Paris.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Voltaire

Il est très intéressant de lire sa biographie .

Sa vie = un roman à elle seule, depuis sa naissance à sa mort !


21-11-1831 : Révolte des canuts à Lyon, dont l’immense majorité vient du quartier de la Croix Rousse, s’emparent de Lyon, où les troupes de la garde nationale fraternisent avec les ouvriers.

Les canuts ! J'étais le "petit canut" de mon grand-père, mais aussi parfois de mon père;

 http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volte_des_Canuts

revolte2g

 

Fanion_de_la_devise_des_canuts

 

Je vous souhaite d'avoir passé un bon moment ici, et de ne pas regretter votre visite; par avance, merci pour vos commentaires.

bonne journéef38c89c1

Posté par remiche à 15:52 - Insolite / inattendu
Tags : , , , , ,

18 novembre 2014

Quand je déciderai, je remettrai ma note d'hier !

Pas un chat ...ou très peu .

Que c'est triste ! 

En plus le temps incite à la mélancolie; je sais, c'est l'Automne !

Seul notre Ginkgo biloba met du soleil dans le jardin et dans mon coeur .

P1100667

Goethe-ginkgo-biloba

La feuille de cet arbre, qui, de l’Orient,

Est confiée à mon jardin,
Offre un sens caché
Qui charme l’initié.
 
Est-ce un être vivant,
Qui s’est scindé en lui-même,
Sont-ils deux qui se choisissent,
Si bien qu’on les prend pour un seul ?
 
Pour répondre à ces questions,
Je crois avoir la vraie manière :
Ne sens-tu pas, à mes chants,
Que je suis à la fois un et double ?

une photo personnelle + documents et photos du web

 ginkgo-backlit

ginkgo-biloba_herbst

 Je termine avec la pensée du jour...

181114

Posté par remiche à 12:04 - Botanique
Tags : , ,

24 août 2014

Aziyadé ...un délicieux bonbon crée à l'occasion de l'année Pierre Loti .

Aziyadé

9782744407086FS

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Loti

http://www.academie-francaise.fr/inauguration-du-musee-pierre-loti-rochefort-sur-mer

Pierre_loti_par_henri_rousseau

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aziyad%C3%A9

Je ne connaissais pas ce délicieux bonbon, crée à l'occasion de l'année Pierre Loti par les confiseurs de Rochefort sur Mer a été baptisé " Aziyadé" héroïne d'un des romans du célèbre écrivain .

Le facteur ( samedi ) apportait un paquet contenant ces bonbons; c'est toujours du bonheur de recevoir un colis surprise ! Merci, à l'expéditrice .

http://www.terresdecrivains.com/Pierre-LOTI-a-Rochefort-sur-mer

Découvrez la maison de Pierre Loti en cliquant sur le lien ci-dessus.

1867_VIAUD_Julien

P1100270

P1100269

Attention ne mangez pas tout !

Posté par remiche à 16:00 - Clin d'oeil du jour.
Tags : , , , ,

03 juillet 2013

Au sujet du vin, ce breuvage divin ( je sais il y a une formule " L'abus d'alcool est dangereux pour la santé").

J'ai eu à corriger le manuscrit d'un prochain ouvrage de mon ami Hubert Piat

"Vin et médecine"

il reprend

un passage de Omar Khayyam

qu'il m'autorise à déposer ici

en avant première

http://fr.wikipedia.org/wiki/Omar_Khayyam

c'est long à lire

mais

tellement "délicieux"

Cet « Astronome qui ne croyait pas au ciel », « ce Gainsbourg persan », « ce soufi magnifique mystique», fut un remarquable mathématicien qui vécut d’environ 1048 à 1123. Il étudia et traita plus particulièrement des équations cubiques.

Sur les 170 quatrains soit 680 vers du Rubayat, 50 participent à la glorification du vin.

raisins-mo

 

 Lorsque j’entends disserter sur les joies réservées aux Elus

Je me contente de dire « Je n’ai confiance que dans le vin ».

XLII

 Je bois du vin comme la racine du saule boit l’onde claire du torrent

Allah seul est Allah

Allah sait tout, dis-tu ? Quand il m’a créé, il savait que je croirai au vin.

Si je m’abstenais de boire, la science d’Allah serait en défaut.

CXXII

Une telle odeur de vin émanera de ma tombe,

Que les passants seront enivrés.

Une telle sérénité entourera ma tombe,

Que les amants ne pourront s’en éloigner.

 Tous les royaumes pour une coupe de vin précieux !

Tous les livres et toute la science des hommes pour une suave odeur de vin !

Tous les hymnes d’amour pour la chanson du vin qui coule !

Toute la gloire de Féridoun pour le chatoiement sur cette urne !

C LXVI

 Le vin procure aux sens une ivresse pareille à celle des Elus.

Il nous rend notre jeunesse, il nous rend ce que nous avons perdu et il nous donne ce que nous désirons.

Il nous brûle comme un torrent de feu,

Mais il peut aussi changer notre tristesse en eau rafraîchissante.

 Les rhéteurs et les savants silencieux sont morts

Sans avoir pu s’entendre sur l’être et le non-être.

Ignorants, mes frères, continuons à savourer le jus de la grappe,

Et laissons ces grands hommes se régaler de raisins secs

 Bois du vin, car tu dormiras longtemps sous la terre.

 Du vin ! Ecoutez mes plaisanteries

Du vin, des roses, des chants de luth et ton indifférence à ma tristesse, bien-aimée

 Du vin ! Du vin, en torrent ! Qu’il bondisse dans mes veines !

Qu’il bouillonne dans ma tête ! Des coupes…

Ne parle plus ! Tout n est que mensonge.

Des coupes… Vite ! J’ai déjà vieilli…

 J’avais sommeil

La sagesse me dit : « Les roses du Bonheur ne parfument jamais le sommeil.

Au lieu de t’abandonner à ce frère de la Mort, bois du vin.

Tu as l’Eternité pour dormir.»

 Les savants ne t’apprendront rien,

Mais la caresse des longs cils d’une femme te révélera le bonheur

N’oublies pas que tes jours sont comptés et que tu seras bientôt la proie de la terre,

 Achète du vin, emporte-le à l’écart, puis laisse-le te consoler.

Bois du vin, et contemple la lune

En évoquant les civilisations qu’elle a vues s’éteindre

 Que sont tous nos amis devenus ? J’entends encore leurs chansons dans la taverne

Sont-ils morts ou sont-ils ivres d’avoir vécu ?

 Dans une taverne,

Je demandais à un vieux sage de me renseigner sur ceux qui sont partis.

Il m’a répondu :

« Ils ne reviendront pas, c’est tout ce que je sais. Bois du vin ! »

Boire du vin, prendre du bon temps, voila ma règle

Ne me préoccuper ni de créance, ni de croyance, voilà ma religion

A cette fiancée qu’est le monde, j’ai dit « Que veux-tu comme douaire ? »

Elle m’a répondu : « La tranquillité de ton cœur ».

 Toute ma jeunesse refleurit aujourd’hui !

Du vin ! Du vin ! Que ses flammes m’embrasent !

Du vin ! N’importe lequel !... Je ne suis pas difficile.

Le meilleur, croyez bien, je le trouverai amer comme la vie

L’aurore a comblé de roses la coupe du ciel.

Dans l’air de cristal s’égoutte le chant du dernier rossignol

L’odeur du vin est plus légère. Dire qu’en ce moment des insensés rêvent de gloire et d’honneur !

Que ta chevelure est soyeuse, ma  bien-aimée

Quand l’ombre de la Mort s’allongera vers moi, quand la gerbe de mes jours sera liée,

Je vous appellerai, et vous m’emporterez, ô amis !

Lorsque je serai devenu poussière, vous façonnerez, avec mes cendres, une urne que vous remplirez de vin.

Peut-être alors, me verrez-vous revivre.

Le vin seul te délivrera de tes soucis.

Le vin, seul, t’empêchera d’hésiter entre les soixante-douze sectes

Ne te détourne pas du magicien

Qui a le pouvoir de te transporter dans la contrée de l’oubli.

Bois du vin car tu dormiras longtemps sous la terre

Sans compagnon, sans ami, sans femme.

Bois du vin ! Tu recevras de la vie éternelle.

Le vin est le seul philtre qui puisse te rendre ta jeunesse.

Divine saison des roses, du vin et des amis sincères !

Jouis de cet instant fugitif qu’est la vie.

 Rien ne m’intéresse plus. Lève-toi pour me verser du vin !

Ce soir, ta bouche est la plus belle rose de l’univers…

Du vin ! Qu’il soit vermeil comme tes joues,

Et que mes remords soient aussi légers que tes boucles !

XVI

 

Moi, je n’affirme qu‘une chose

Le vin détruit nos soucis et nous donne la quiétude parfaite

 Du vin ! Mon cœur malade veut ce remède !

Du vin, au parfum musqué ! Du vin, couleur de rose !

Du vin pour éteindre l’incendie de ma tristesse !

Du vin, et ton luth aux cordes de soie, ma bien-aimée.

 Bois du vin ! Trêve de discours superflus !

 Un peu plus de vin, ma bien-aimée !

Tes joues n’ont pas encore l’éclat de la rose

Un peu moins de tristesse, Khayyâm

Ta bien-aimée va te sourire

 CXLIV

 Bois du vin doré, il est pour l’esprit le seul repos, baume incomparable pour le cœur blessé.

Le vin seul te délivre de tes soucis,

Ne te détourne pas de ce magicien

Qui a le pouvoir de te transporter

Dans la contrée de l’oubli.

 Du vin ! Mon cœur malade veut ce remède !

Du vin, au parfum musqué ! Du vin, couleur de rose !

Du vin pour éteindre l’incendie de ma tristesse !

Du vin, et ton luth aux cordes de soie, ma bien-aimée.

Le ramazan est fini. Corps épuisés, âmes fanées, la joie revient !

Les conteurs savent des histoires nouvelles.

Les porteurs de vin, les marchands de rêve lancent leurs appels. Mais je n’entends pas celui qui me rendra la vie, celui de ma bien-aimée.

LX

La lune du Ramazan vient d’apparaître.

Demain, le soleil baignera une ville silencieuse.

Les vins dormiront dans les urnes

Et les jeunes filles dans l’ombre des bosquets.

XCIV

 Si tu es ivre, Khayyâm, sois heureux !

CXXXV

 

Il n’est pas dans l’Univers rien que je connaisse

Je vois même le fond d’une prouesse

Et bien, puissé-je, ami, perdre tout mon savoir

Si je sais un état au dessus de l’ivresse

Considère avec indulgence les gens qui s’enivrent

III

Notre trésor ? Le vin. Notre palais ? La taverne.

Nos compagnes fidèles ? La soif et l’ivresse

VII

 

Quand suis-je né ? Quand mourrais-je ?

Aucun homme ne peut évoquer le jour de sa naissance et désigner celui de sa mort

Viens, ma souple bien-aimée

Je veux demander à l’ivresse de me faire oublier que nous ne saurons jamais.

XXI

 Puisque tu ignores ce que te réserve demain,

Efforce-toi d’être heureux aujourd’hui.

Prends une urne de vin, va t’asseoir au clair de lune,

Et bois, en te disant que la lune te cherchera peut être vainement demain.

V

Va t’asseoir et bois ! Tu jouiras d’un bonheur que Mahmoud n’a jamais connu.

LXIV

 A la puissance de Kai-Kaous, à la gloire de Kai-Kobad,

Aux richesses du Khorasan, je préfère une urne de vin.

XCII

 Certains philosophes grecs, dis-tu, pouvaient proposer cent énigmes à leurs auditeurs ?

Mon indifférence là-dessus est totale. Apportes du vin et joue du luth.

XCVIII

 Ignorant qui te croit savant, je te regarde suffoquer entre l’infini du passé et l’infini de l’avenir.

Tu voudrais planter une borne entre ces deux infinis et t’y jucher.

Va plutôt t’asseoir sous un arbre,

Près d’un flacon de vin qui te fera oublier ton impuissance.

CXXXIX

 

Du bonheur nous ne connaissons que le nom.

Notre plus vieil ami est le vin nouveau.

Du regard et de la main, caresse notre seul bien

Qui ne soit pas décevant, l’urne pleine de sang de la vigne.

LVI

 

Dédié aux flammes de l’aurore le vin de ta coupe pareille à la tulipe printanière !

Dédie au sourire d’un adolescent le vin de ta coupe pareille à sa bouche !

Bois,

Et oublie que le poing de la douleur te renversera bientôt.

LXXVIII

 

Seigneur, Ô Seigneur, réponds-nous !

Tu nous as donné des yeux, et tu as permis que la beauté de tes créatures nous éblouisse…

Tu nous as donné la faculté d’être heureux, et tu voudrais que nous renoncions à jouir des biens de ce monde ?

Mais cela nous est aussi impossible que de renverser une coupe sans répandre le vin qu’elle contient.

CXII

 

Comme le ciel répand ses fleurs sur la terre,

Je verse dans ma coupe noire du vin rose

CXXI

 

Au printemps, je vais quelquefois m’asseoir à la lisière d’un champ fleuri.

Lorsqu’une belle jeune fille m’apporte une coupe de vin,

Je ne pense guère à mon salut.

Si j’avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu’un chien.

XXV

 

Vous dites que le vin est le seul baume ?

Apportez-moi tout le vin de l’univers !

Mon cœur a tant de blessures…

Tout le vin de l’univers, et que mon cœur garde ses blessures !

 CXXXVII

 Quelle âme légère, celle du vin !

Potiers, pour cette âme légère, faites aux urnes des parois bien lisses !

Ciseleurs de coupes, arrondissez-les avec amour,

Afin que cette âme voluptueuse puisse doucement se caresser à de l’azur !

CXXXXVIII

 Le vin a la couleur des roses.

Le vin n’est peut-être   pas le sang de la vigne, mais celui des roses.

Cette coupe n’est peut-être pas du cristal, mais de l’azur figé.

La nuit n’est peut-être que la paupière du jour.

CXXVI

 Je ne me préoccupe pas de savoir où je pourrais acheter le manteau de la Ruse et du Mensonge

Mais je suis toujours à la recherche de bon vin. Ma chevelure est blanche.

J’ai soixante-dix ans. Je saisis l’occasion d’être heureux aujourd’hui,

Car demain, je n’en aurai peut-être plus la force.

C

 Ivre ou altéré, je ne cherche qu’à dormir.

J’ai renoncé à savoir ce qui est bien, ce qui est mal.

Pour moi, le bonheur et la douleur se ressemblent.

Quand un bonheur m’arrive, je ne lui accorde qu’une petite place, car je sais qu’une douleur le suit.

CLV

 On me dit : "Ne bois plus, Khayyâm ! "

Je réponds : « Quand j’ai bu, j’entends ce que disent les roses,

Les tulipes et les jasmins.

J’entends même ce que ne peut me dire ma bien-aimée.»

LXXXII

 A quoi réfléchis-tu, mon ami ? Tu penses à tes ancêtres ?

Ils sont poussière dans la poussière

Tu penses leurs mérites ? Regarde-moi sourire.

Prends cette urne et buvons en écoutant sans inquiétude le grand silence de l’univers.

LXXXIII

 Notre trésor ? Le vin. Notre palais ? La taverne. Nos compagnes fidèles ? La soif et l’ivresse. Nous ignorons l’inquiétude car nous savons que nos âmes, nos cœurs, nos coupes et nos robes maculées n’ont rien à craindre  de la poussière, de l’eau et du feu.

Le Koran, ce livre suprême, les hommes le lisent quelques fois, mais qui s’en délecte chaque jour ?  Sur le bord de toutes les coupes pleines de vin est ciselée une secrète maxime de sagesse que nous sommes bien obligés de savourer.

VI

 

bacchus-adolescent-jpg

 http://mlg-ecrivain.e-monsite.com/pages/mes-ecrits/le-concours-texteimage/coupe-de-vin-2009.html

voilà un peu de lecture

pour

1 / oublier le sale temps

ciel gris, humide, pluie, froid

2 / boire un petit coup

sera peut-être "souverain"

dossier_alcoolet

n'oublions pas dans TOUT ça

un anniversaire

franz_kafkas_130th_birthday-1976005-hp

http://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Kafka

Posté par remiche à 09:56 - Livre
Tags : , , , , , , ,


11 février 2013

En ce jour : Notre-Dame-de-Lourdes !

11 février 1858

DSCN4806

DSCN4813

DSCN48264 photos personnelles de mai 2007

lors d'un petit séjour dans cette région à Biarritz

où nous devions rencontrer une "écrivaine" fantôme

dont je tairai le nom

"quand le virtuel ne devient jamais réel"

pas besoin de lui faire de la publicité

DSCN4866

GIFbonne semaine-divers-11-01--19-

Posté par remiche à 02:11 - les journées diverses
Tags : , , , ,

15 octobre 2012

C'est terminé ...c'était samedi !

récréation littéraire ncette affiche a été réalisée par une élève de la classe de mon ami Didier

trop vite passé ce bon moment

où tous les deux nous avons rencontré des gens charmants

Marie Joelle et nous _nMarie Garnier & Joëlle Vincent

Marie a publié aux Editions Baudelaire Lyon

son blog

http://handicapenfantdifference.blog4ever.com/blog/index-352914.html

"Le nid des papillons"

"Je suis vendeur mais je me soigne"

en attendant

"Le papillon à roulettes"

dans une note sur ce blog

article en précommande

*********

Joëlle 

http://contacts-joellevincent.blog4ever.com/blog/index-256300.html

vous découvrirez ses romans en cliquant sur le lien

@@@@@

coucou c'est nous

nous 2 à Frans le 131012_nd'autres personnes très sympathiques

Nathan à frans_nNathan Malory

avec son premier ouvrage

"Tourbillon"

http://www.nathan-malory.com

mais aussi

Anne Martinez

"ESTEBAN ET LE SECRET DE LA PIERRE DE LUNE"

livre publié aux Editions Persée

************

je ne veux pas oublier la maman de Nathan

Jacqueline  BOILOT

son livre

" Et si demain...."

http://www.jacquelineboilot.com/

ainsi s'achève une petite note avec des liens

 surtout un moment si agréable que j'ai voulu le partager avec vous

bonne semaine et à bientôt pour d'autres aventures

 

P1050867

 

arbre de vie marie ange fb_n

1510

Posté par remiche à 06:06 - Livre
Tags : , , , ,

21 septembre 2012

Aujourd'hui .....Vous me direz si les hiéroglyphes nous fichent la paix !

en 1er lieu cliquez sur le lien

http://www.21septembre.org/

cette note pour défier l'envahisseur informatique

qui s'imposait sur ma note précédente

oui

quelle plaie

!

POÈMES POUR LA PAIX  (1918)

Monde ébloui, 
Monde étourdi.

I

Toutes les femmes heureuses ont
Retrouvé leur mari - il revient du soleil
Tant il apporte de chaleur.
Il rit et dit bonjour tout doucement
Avant d'embrasser sa merveille.

II

Splendide, la poitrine cambrée légèrement,
Sainte ma femme, tu es à moi bien mieux qu'au temps
Où avec lui, et lui, et lui, et lui, et lui,
Je tenais un fusil, un bidon - notre vie!

III

Tous les camarades du monde, 
O! mes amis!
Ne valent pas à ma table ronde
Ma femme et mes enfants assis, 
O! mes amis!

IV

Après le combat dans la foule, 
Tu t'endormais dans la foule.
Maintenant, tu n'auras qu'un souffle près de toi, 
Et ta femme partageant ta couche
T'inquiétera bien plus que les mille autres bouches.

V

Mon enfant est capricieux -
Tous ces caprices sont faits.
J'ai un bel enfant coquet
Qui me fait rire et rire.

VI

Travaille.
Travail de mes dix doigts et travail de ma tête, 
Travail de Dieu, travail de bête,
Ma vie et notre espoir de tous les jours,
La nourriture et notre amour.
Travaille.

VII

Ma belle, il nous faut voir fleurir
La rose blanche de ton lait.
Ma belle, il faut vite être mère, 
Fais un enfant à mon image...

VIII

J'ai eu longtemps un visage inutile, 
Mais maintenant
J'ai un visage pour être aimé,
J'ai un visage pour être heureux.

IX

Il me faut une amoureuse, 
Une vierge amoureuse, 
Une vierge à la robe légère.

X

Je rêve de toutes les belles
Qui se promènent dans la nuit, 
Très calmes, 
Avec la lune qui voyage.

XI

Toute la fleur des fruits éclaire mon jardin, 
Les arbres de beauté et les arbres fruitiers.
Et je travaille et je suis seul dans mon jardin.
Et le soleil brûle en feu sombre sur mes mains.

  Paul Eluard

PEluard-9c0d9http://www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article1054

information du matin pour "les ami(e)s d'Agathe

   21/09/2012 10:16:19
Un nouvel article sur le blog www.agathejolybois.net

Nouvelles d'Agathe

Bonjour à tous, Je suis Franck, "son fils", dont elle vous parle inusablement depuis... des années... :-) Je n'ai pas le talent de bloggeur que vous avez tous, mais cette Communauté est importante…

Pour lire la suite cliquez ici

 

Posté par remiche à 10:02 - Actualité
Tags : , , , ,

17 septembre 2012

Absence / Silence !

musique-soupir"Dans le silence et la solitude, on n'entend plus que l'essentiel "

Camille Belguise

(1894-1980)

seconde épouse de Jacques Chardonne

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Chardonne

LE-GRAND-SILENCE_02-1024x674je serai absente 

je suis invitée pour une nuit ici

Panneau_Grande_Rue_de_la_Croix-Rousse_Lyon_4je vous laisse avec cette vidéo

qui

invite au silence


le grand silence par fontey

 &

sans faire de bruit

LAISSEZ UN COMn

12 septembre 2012

Avec le temps que faire ? S'emmerder comme un "rat mort" ! Enrichir son blog ! Rêver ? Pleurer ....

ciel d'oragechasser les nuages

bon mercredi 12

pour retrouver un ciel presque bleu

DSCN3650parcourir ces chemins sur les pas de Giono

un livre que je vous conseille

jean giono à manosque_je l'ai lu très vite

http://maisonsecrivains.canalblog.com/archives/2012/06/10/20421628.html

c'est un vrai bonheur

&

sa fille nous dévoile vraiment, qui était son père

j'ai appris beaucoup de choses sur cet écrivain

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Giono

DSCN3659Manosque : la vue depuis le Mont d'Or

DSCN3662

Chapelle Saint Pancrace qui regarde le Mont d'Or

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Saint-Pancrace_de_Manosque

DSCN3661information : photos personnelles sauf la 1ère le ciel

en essayant de tourner la page sur ce 11 septembre 

même si aujourd'hui le ciel est gris

l'humidité ambiante élevée

&

Raymond qui doit assister ce jour aux obsèques du fils d'un collègue ( il aurait eu 18 ans)

il s'est suicidé dimanche

une balle de fusil de chasse dans la tête

mon Dieu pourquoi ?

 

au revoir

 

M. et Mme Michel BOUCHOT, ses parents ; Estelle, Marlène et Jérémy, ses sœurs ; M. et Mme André BOUCHOT, M. et Mme Paul PELLETIER, ses grands-parents ; son arrière-grand-mère ; les familles PELLETIER, LAUPRETRE, DUVIGNAUD, VENIANT, PION, BOUCHOT ; ses oncles et ses tantes ; ses cousins, ses cousines ; ses petit-cousin et petites-cousines ; ses parents et amis, ont la douleur de vous faire part du décès brutal de

 PIERRICK

survenu à l'âge de 17 ans. Ses obsèques auront lieu mercredi 12 septembre 2012 à 16 heures en l'église de Gueugnon. Condoléances sur registres. Pas de plaques. Visites pour la famille proche au funérarium Sarasin à Gueugnon ce mardi 11 septembre de 15 h à 17 h. Cet avis tient lieu de faire-part et de remerciements.

Localités : Gueugnon

Posté par remiche à 09:12 - Livre
Tags : , , , ,