05 décembre 2014

Ecrire contre l'oubli ... Depuis la nuit des temps ...L'importance de l'écriture, son histoire ...

Une petite visite chez mon amie Juliette s'impose.

http://juliettedu03.canalblog.com/

Notre génération a des souvenirs précis sur l'apprentissage de l'écriture, aujourd'hui c'est terminé, plus de porte-plume, les plumes font partie des antiquités et les encriers ne se renversent plus. Mais c'est plutôt la catastrophe ! "Ils et elles ne savent plus lire, ni écrire " même si ce n'est pas la majorité tout de même.

http://www.lexpress.fr/emploi/formation/illettrisme-le-combat-secret-de-2-5-millions-de-francais_1624751.html

porteplume

http://www.businesspme.com/photos/152299/le-porte-plume.html

ensemble-de-plumes-d-ecriture

http://www.lesencriersdejules.com/fr/plume-calligraphie/80-ensemble-de-plumes-d-ecriture.html

encrier965_001

encre-herbin-100-ml-violette-pensee

 

Cette encre qui sentait bon la violette, qui embaumait, les classes, les couloirs de l'école ...

Qu'elle était belle cette écriture !

cahier de chants

 

http://leblogdepapydompointcom.blog50.com/

Je vous offre un document intéressant ci-dessous

http://pharouest.ac-rennes.fr/e221731M/histoire_ecriture/accueil.html

Caricature du monde d'aujourd'hui avec un dessin qui en dit long 

livre673_1216068826_n

 

http://fr.vikidia.org/wiki/Pierre_de_Rosette

 

Image-Mosaique-SousUniversPierreDeRosette

IMF_VIGNETTE_WEB_CHEMIN_2699_1268404407

Cette copie a été réalisée à partir des estampages de la pierre de Rosette. Champollion se la procure en 1818, grâce à un ancien de la campagne d'Egypte. Auparavant il n'avait eu accès qu'à des copies partielles ou fantaisistes.

Champollion_1972

Il peut ainsi étudier cette copie et la comparer avec de nombreux autres relevés, comme le texte de l'obélisque de Philae. Dans un cartouche, il repère le signe solaire de Râ (Rê), un autre signe qu'il savait être MS et deux S : RâMSS, donc Ramsès, ce qui en même temps signifie "Rê l'a mis au monde". Idem pour ThôtMS, Thoutmôsis.

champollion

Après des années de travail acharné, Champollion réussit enfin à percer le mystère du déchiffrement des hiéroglyphes, le 14 septembre 1822. Il s'exclame alors "Je tiens l'affaire !" avant de tomber en syncope devant son frère Jacques-Joseph.

IMPOSSIBLE DE DORMIR

Juliette nous a lancé une idée et je voudrais satisfaire cette idée

DONC

?

Je cherche dans mes archives et je viens de penser "aux bons points" 

Bons_points

image-bon-point

bon-point

Mine de rien ceux-ci avaient une grande importance dans la confiance en soi; rien à voir avec une notation; une vision des choses différente !

La confiance en soi.

« Obtenir plus de confiance en soi », est un vœu de plus en plus souvent évoqué. une demande presque incontournable lors d’une thérapie. Mais pourquoi ?

Le contexte actuel, nous plonge dans un océan d’informations, d’émotions, ou le relationnel et la valorisation de son image semble si importante, que nous pouvons nous sentir parfois démunis face à cette exigence sociétale.

Ne pas avoir confiance, ou avoir perdu sa confiance en soi, cela matérialise une connaissance , un « avoir » perdu, ou insoupçonné. Pourtant qu’est ce que la confiance en soi ?

Souvent j’imagine la confiance comme ce jeu de récompense scolaire , « les bons points », en effet rappelez- vous si vous avez connu cela, suivant les bons résultats, la maitresse offrait un ou plusieurs "Bon point", et lorsque ceux ci étaient suffisamment nombreux, elle échangeait ces bons points pour une image, et ensuite les images pour un stylo flambant neuf.

La confiance en soi, ce n’est pas les bons points, mais l’accumulation des images . En effet les bon points, ce sont les 

expériences positives que l’on accumule, ensuite en fonction de cela , arrive la reconnaissance du monde extérieur, l’image. Cette reconnaissance peut être positive ou négative, en fonction de nos expériences, et de leur interprétation.

L’hypnothérapie, peut vous aider dans cet apprentissage, en recadrant la vision de vos actions, en favorisant votre épanouissement à travers vos expériences, et en vous aidant à prendre conscience de l’accumulation de vos IMAGES, afin de profiter de cette nouvelle confiance en vous , qui n’était peut-être au final,  pas si éloigné de vous, ou tout simplement inexploité.

 Je vais m'arrêter là, car je risque de vous saouler et de vous faire fuir; en fait un petit déclic chez Juliette, me voilà prête à enclencher une vitesse supèrieure, me lancer dans des recherches sans pouvoir m'arrêter...

panneau-stop

 

bon-week-end_049


24 août 2014

Aziyadé ...un délicieux bonbon crée à l'occasion de l'année Pierre Loti .

Aziyadé

9782744407086FS

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Loti

http://www.academie-francaise.fr/inauguration-du-musee-pierre-loti-rochefort-sur-mer

Pierre_loti_par_henri_rousseau

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aziyad%C3%A9

Je ne connaissais pas ce délicieux bonbon, crée à l'occasion de l'année Pierre Loti par les confiseurs de Rochefort sur Mer a été baptisé " Aziyadé" héroïne d'un des romans du célèbre écrivain .

Le facteur ( samedi ) apportait un paquet contenant ces bonbons; c'est toujours du bonheur de recevoir un colis surprise ! Merci, à l'expéditrice .

http://www.terresdecrivains.com/Pierre-LOTI-a-Rochefort-sur-mer

Découvrez la maison de Pierre Loti en cliquant sur le lien ci-dessus.

1867_VIAUD_Julien

P1100270

P1100269

Attention ne mangez pas tout !

Posté par remiche à 16:00 - Clin d'oeil du jour.
Tags : , , , ,

31 août 2013

Alerte : c'est bientôt la Rentrée !

http://www.service-public.fr/actualites/00205.html

le temps passe très vite

et

il va falloir se préparer pour la Rentrée

cette année 2013 /2014

je rentre en 6ème, oui je ressors mon cartable, mes crayons et des cahiers

vous pensez que je plaisante

point excla pour rémi

pas du tout

je vais reprendre le chemin du collège avec joie et détermination

vous saurez pourquoi si vous êtes sages

je souhaite donc une bonne Rentrée, aux petits, moyens, grands et plus grands

en route5acd35c8

image du web sur un blog fermé

&

pour terminer en beauté

avant de vraiment attaquer cette nouvelle rentrée

écoutez


Bon dernier week-end avant la reprise et n'oubliez pas qu'il faudra plus que jamais "manier la langue de Molière" qui appartient à notre culture "française" qu'il nous faut sauver .

http://francographie.fr/la-langue-de-moliere/

http://fr.wiktionary.org/wiki/langue_de_Moli%C3%A8re

 

Posté par remiche à 08:31 - Education nationale
Tags : , , ,

03 juillet 2013

Au sujet du vin, ce breuvage divin ( je sais il y a une formule " L'abus d'alcool est dangereux pour la santé").

J'ai eu à corriger le manuscrit d'un prochain ouvrage de mon ami Hubert Piat

"Vin et médecine"

il reprend

un passage de Omar Khayyam

qu'il m'autorise à déposer ici

en avant première

http://fr.wikipedia.org/wiki/Omar_Khayyam

c'est long à lire

mais

tellement "délicieux"

Cet « Astronome qui ne croyait pas au ciel », « ce Gainsbourg persan », « ce soufi magnifique mystique», fut un remarquable mathématicien qui vécut d’environ 1048 à 1123. Il étudia et traita plus particulièrement des équations cubiques.

Sur les 170 quatrains soit 680 vers du Rubayat, 50 participent à la glorification du vin.

raisins-mo

 

 Lorsque j’entends disserter sur les joies réservées aux Elus

Je me contente de dire « Je n’ai confiance que dans le vin ».

XLII

 Je bois du vin comme la racine du saule boit l’onde claire du torrent

Allah seul est Allah

Allah sait tout, dis-tu ? Quand il m’a créé, il savait que je croirai au vin.

Si je m’abstenais de boire, la science d’Allah serait en défaut.

CXXII

Une telle odeur de vin émanera de ma tombe,

Que les passants seront enivrés.

Une telle sérénité entourera ma tombe,

Que les amants ne pourront s’en éloigner.

 Tous les royaumes pour une coupe de vin précieux !

Tous les livres et toute la science des hommes pour une suave odeur de vin !

Tous les hymnes d’amour pour la chanson du vin qui coule !

Toute la gloire de Féridoun pour le chatoiement sur cette urne !

C LXVI

 Le vin procure aux sens une ivresse pareille à celle des Elus.

Il nous rend notre jeunesse, il nous rend ce que nous avons perdu et il nous donne ce que nous désirons.

Il nous brûle comme un torrent de feu,

Mais il peut aussi changer notre tristesse en eau rafraîchissante.

 Les rhéteurs et les savants silencieux sont morts

Sans avoir pu s’entendre sur l’être et le non-être.

Ignorants, mes frères, continuons à savourer le jus de la grappe,

Et laissons ces grands hommes se régaler de raisins secs

 Bois du vin, car tu dormiras longtemps sous la terre.

 Du vin ! Ecoutez mes plaisanteries

Du vin, des roses, des chants de luth et ton indifférence à ma tristesse, bien-aimée

 Du vin ! Du vin, en torrent ! Qu’il bondisse dans mes veines !

Qu’il bouillonne dans ma tête ! Des coupes…

Ne parle plus ! Tout n est que mensonge.

Des coupes… Vite ! J’ai déjà vieilli…

 J’avais sommeil

La sagesse me dit : « Les roses du Bonheur ne parfument jamais le sommeil.

Au lieu de t’abandonner à ce frère de la Mort, bois du vin.

Tu as l’Eternité pour dormir.»

 Les savants ne t’apprendront rien,

Mais la caresse des longs cils d’une femme te révélera le bonheur

N’oublies pas que tes jours sont comptés et que tu seras bientôt la proie de la terre,

 Achète du vin, emporte-le à l’écart, puis laisse-le te consoler.

Bois du vin, et contemple la lune

En évoquant les civilisations qu’elle a vues s’éteindre

 Que sont tous nos amis devenus ? J’entends encore leurs chansons dans la taverne

Sont-ils morts ou sont-ils ivres d’avoir vécu ?

 Dans une taverne,

Je demandais à un vieux sage de me renseigner sur ceux qui sont partis.

Il m’a répondu :

« Ils ne reviendront pas, c’est tout ce que je sais. Bois du vin ! »

Boire du vin, prendre du bon temps, voila ma règle

Ne me préoccuper ni de créance, ni de croyance, voilà ma religion

A cette fiancée qu’est le monde, j’ai dit « Que veux-tu comme douaire ? »

Elle m’a répondu : « La tranquillité de ton cœur ».

 Toute ma jeunesse refleurit aujourd’hui !

Du vin ! Du vin ! Que ses flammes m’embrasent !

Du vin ! N’importe lequel !... Je ne suis pas difficile.

Le meilleur, croyez bien, je le trouverai amer comme la vie

L’aurore a comblé de roses la coupe du ciel.

Dans l’air de cristal s’égoutte le chant du dernier rossignol

L’odeur du vin est plus légère. Dire qu’en ce moment des insensés rêvent de gloire et d’honneur !

Que ta chevelure est soyeuse, ma  bien-aimée

Quand l’ombre de la Mort s’allongera vers moi, quand la gerbe de mes jours sera liée,

Je vous appellerai, et vous m’emporterez, ô amis !

Lorsque je serai devenu poussière, vous façonnerez, avec mes cendres, une urne que vous remplirez de vin.

Peut-être alors, me verrez-vous revivre.

Le vin seul te délivrera de tes soucis.

Le vin, seul, t’empêchera d’hésiter entre les soixante-douze sectes

Ne te détourne pas du magicien

Qui a le pouvoir de te transporter dans la contrée de l’oubli.

Bois du vin car tu dormiras longtemps sous la terre

Sans compagnon, sans ami, sans femme.

Bois du vin ! Tu recevras de la vie éternelle.

Le vin est le seul philtre qui puisse te rendre ta jeunesse.

Divine saison des roses, du vin et des amis sincères !

Jouis de cet instant fugitif qu’est la vie.

 Rien ne m’intéresse plus. Lève-toi pour me verser du vin !

Ce soir, ta bouche est la plus belle rose de l’univers…

Du vin ! Qu’il soit vermeil comme tes joues,

Et que mes remords soient aussi légers que tes boucles !

XVI

 

Moi, je n’affirme qu‘une chose

Le vin détruit nos soucis et nous donne la quiétude parfaite

 Du vin ! Mon cœur malade veut ce remède !

Du vin, au parfum musqué ! Du vin, couleur de rose !

Du vin pour éteindre l’incendie de ma tristesse !

Du vin, et ton luth aux cordes de soie, ma bien-aimée.

 Bois du vin ! Trêve de discours superflus !

 Un peu plus de vin, ma bien-aimée !

Tes joues n’ont pas encore l’éclat de la rose

Un peu moins de tristesse, Khayyâm

Ta bien-aimée va te sourire

 CXLIV

 Bois du vin doré, il est pour l’esprit le seul repos, baume incomparable pour le cœur blessé.

Le vin seul te délivre de tes soucis,

Ne te détourne pas de ce magicien

Qui a le pouvoir de te transporter

Dans la contrée de l’oubli.

 Du vin ! Mon cœur malade veut ce remède !

Du vin, au parfum musqué ! Du vin, couleur de rose !

Du vin pour éteindre l’incendie de ma tristesse !

Du vin, et ton luth aux cordes de soie, ma bien-aimée.

Le ramazan est fini. Corps épuisés, âmes fanées, la joie revient !

Les conteurs savent des histoires nouvelles.

Les porteurs de vin, les marchands de rêve lancent leurs appels. Mais je n’entends pas celui qui me rendra la vie, celui de ma bien-aimée.

LX

La lune du Ramazan vient d’apparaître.

Demain, le soleil baignera une ville silencieuse.

Les vins dormiront dans les urnes

Et les jeunes filles dans l’ombre des bosquets.

XCIV

 Si tu es ivre, Khayyâm, sois heureux !

CXXXV

 

Il n’est pas dans l’Univers rien que je connaisse

Je vois même le fond d’une prouesse

Et bien, puissé-je, ami, perdre tout mon savoir

Si je sais un état au dessus de l’ivresse

Considère avec indulgence les gens qui s’enivrent

III

Notre trésor ? Le vin. Notre palais ? La taverne.

Nos compagnes fidèles ? La soif et l’ivresse

VII

 

Quand suis-je né ? Quand mourrais-je ?

Aucun homme ne peut évoquer le jour de sa naissance et désigner celui de sa mort

Viens, ma souple bien-aimée

Je veux demander à l’ivresse de me faire oublier que nous ne saurons jamais.

XXI

 Puisque tu ignores ce que te réserve demain,

Efforce-toi d’être heureux aujourd’hui.

Prends une urne de vin, va t’asseoir au clair de lune,

Et bois, en te disant que la lune te cherchera peut être vainement demain.

V

Va t’asseoir et bois ! Tu jouiras d’un bonheur que Mahmoud n’a jamais connu.

LXIV

 A la puissance de Kai-Kaous, à la gloire de Kai-Kobad,

Aux richesses du Khorasan, je préfère une urne de vin.

XCII

 Certains philosophes grecs, dis-tu, pouvaient proposer cent énigmes à leurs auditeurs ?

Mon indifférence là-dessus est totale. Apportes du vin et joue du luth.

XCVIII

 Ignorant qui te croit savant, je te regarde suffoquer entre l’infini du passé et l’infini de l’avenir.

Tu voudrais planter une borne entre ces deux infinis et t’y jucher.

Va plutôt t’asseoir sous un arbre,

Près d’un flacon de vin qui te fera oublier ton impuissance.

CXXXIX

 

Du bonheur nous ne connaissons que le nom.

Notre plus vieil ami est le vin nouveau.

Du regard et de la main, caresse notre seul bien

Qui ne soit pas décevant, l’urne pleine de sang de la vigne.

LVI

 

Dédié aux flammes de l’aurore le vin de ta coupe pareille à la tulipe printanière !

Dédie au sourire d’un adolescent le vin de ta coupe pareille à sa bouche !

Bois,

Et oublie que le poing de la douleur te renversera bientôt.

LXXVIII

 

Seigneur, Ô Seigneur, réponds-nous !

Tu nous as donné des yeux, et tu as permis que la beauté de tes créatures nous éblouisse…

Tu nous as donné la faculté d’être heureux, et tu voudrais que nous renoncions à jouir des biens de ce monde ?

Mais cela nous est aussi impossible que de renverser une coupe sans répandre le vin qu’elle contient.

CXII

 

Comme le ciel répand ses fleurs sur la terre,

Je verse dans ma coupe noire du vin rose

CXXI

 

Au printemps, je vais quelquefois m’asseoir à la lisière d’un champ fleuri.

Lorsqu’une belle jeune fille m’apporte une coupe de vin,

Je ne pense guère à mon salut.

Si j’avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu’un chien.

XXV

 

Vous dites que le vin est le seul baume ?

Apportez-moi tout le vin de l’univers !

Mon cœur a tant de blessures…

Tout le vin de l’univers, et que mon cœur garde ses blessures !

 CXXXVII

 Quelle âme légère, celle du vin !

Potiers, pour cette âme légère, faites aux urnes des parois bien lisses !

Ciseleurs de coupes, arrondissez-les avec amour,

Afin que cette âme voluptueuse puisse doucement se caresser à de l’azur !

CXXXXVIII

 Le vin a la couleur des roses.

Le vin n’est peut-être   pas le sang de la vigne, mais celui des roses.

Cette coupe n’est peut-être pas du cristal, mais de l’azur figé.

La nuit n’est peut-être que la paupière du jour.

CXXVI

 Je ne me préoccupe pas de savoir où je pourrais acheter le manteau de la Ruse et du Mensonge

Mais je suis toujours à la recherche de bon vin. Ma chevelure est blanche.

J’ai soixante-dix ans. Je saisis l’occasion d’être heureux aujourd’hui,

Car demain, je n’en aurai peut-être plus la force.

C

 Ivre ou altéré, je ne cherche qu’à dormir.

J’ai renoncé à savoir ce qui est bien, ce qui est mal.

Pour moi, le bonheur et la douleur se ressemblent.

Quand un bonheur m’arrive, je ne lui accorde qu’une petite place, car je sais qu’une douleur le suit.

CLV

 On me dit : "Ne bois plus, Khayyâm ! "

Je réponds : « Quand j’ai bu, j’entends ce que disent les roses,

Les tulipes et les jasmins.

J’entends même ce que ne peut me dire ma bien-aimée.»

LXXXII

 A quoi réfléchis-tu, mon ami ? Tu penses à tes ancêtres ?

Ils sont poussière dans la poussière

Tu penses leurs mérites ? Regarde-moi sourire.

Prends cette urne et buvons en écoutant sans inquiétude le grand silence de l’univers.

LXXXIII

 Notre trésor ? Le vin. Notre palais ? La taverne. Nos compagnes fidèles ? La soif et l’ivresse. Nous ignorons l’inquiétude car nous savons que nos âmes, nos cœurs, nos coupes et nos robes maculées n’ont rien à craindre  de la poussière, de l’eau et du feu.

Le Koran, ce livre suprême, les hommes le lisent quelques fois, mais qui s’en délecte chaque jour ?  Sur le bord de toutes les coupes pleines de vin est ciselée une secrète maxime de sagesse que nous sommes bien obligés de savourer.

VI

 

bacchus-adolescent-jpg

 http://mlg-ecrivain.e-monsite.com/pages/mes-ecrits/le-concours-texteimage/coupe-de-vin-2009.html

voilà un peu de lecture

pour

1 / oublier le sale temps

ciel gris, humide, pluie, froid

2 / boire un petit coup

sera peut-être "souverain"

dossier_alcoolet

n'oublions pas dans TOUT ça

un anniversaire

franz_kafkas_130th_birthday-1976005-hp

http://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Kafka

Posté par remiche à 09:56 - Livre
Tags : , , , , , , ,

13 mai 2013

Lettre à personne ...

Vous connaissez sans doute

"lettre à dieu", "lettre au président"

La Lettre à Élise - Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/La_Lettre_à_Élise
La Bagatelle en la mineur, WoO 59, « La Lettre à Élise » (Für Élise) est une pièce musicale pour piano en la mineur composée par Ludwig van Beethoven en ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lettre_%C3%A0_M%C3%A9n%C3%A9c%C3%A9e

tant

d'autres lettres

alors voilà, vous avez patienté

je vous remercie

P1070938

Lettre à personne,

du temps s'est écoulé depuis Pâques 2004, ce coup de pied au cul, qui a été accompagné par des mots inacceptables de la part d'un chef d'établissement, ça fait bizarre ce retour dans le passé, 9 ans se sont écoulés depuis. Refaire le monde, impossible, il a d'abord fallu accepter après une lutte inutile contre cette institution l' éducation nationale ( pas de majuscule) ! Un combat mené sans le moindre résultat, si ce n'est une muraille d'incompréhension avec laquelle, la vie a continué lamentablement son cours comme l'eau qui coule dans la rivière et fait tourner le moulin. Rage et désespoir ont fait bon ménage, sans que la déprime s'installe ! La tête "haute" , l'état "limite", vivre sans accepter ces congés maladies, congés longue durée imposés pour arriver enfin à la retraite au 1er septembre 2006, comme un soulagement (peut-être).

Nicolas un ancien collègue un jour m'appelle ( courant novembre 2006) : " nous tenons à arroser ton départ en retraite, accepterais-tu ? Viendrais-tu au Collège ? " comme Nicolas faisait partie de mes collègues qui avaient encore une place dans mes souvenirs et dans mon cœur, j'ai dit : "oui" .

Nicolas, il faut le dire enseignait non seulement au Collège Émile Zola, mais à la Maison d'arrêt du Garet ( Villefranche) et au Séminaire à Ars, le type même d'un professeur "atypique" avec une ouverture d'esprit extraordinaire, un homme vrai; donc je n'ai guère réfléchi pour accepter cette invitation, merci Nicolas, toi qui avais compris ma détresse et mon refus total de retourner sur mon lieu de travail où j'avais œuvré de janvier 1984 à Pâques 2004.

Le jour "j" n'a été que du bonheur, retrouver ces collègues qui étaient là pour m'honorer et me montrer à quel point mon départ les avaient surpris. J'ai d'abord eu un beau discours de Nicolas, et le chef d'établissement (penaud et con à la fois) s'est senti "obligé" de m'offrir la médaille de la ville (qu'il avait eu en pleurant sur l'épaule du Maire) !

Je suis revenue avec des beaux cadeaux et le cœur plus léger ...mais les blessures se cicatrisent mal dans un tel cas.

La fin d'année 2006, je pouvais dire : "je suis à la Retraite" . Mais Raymond continuait à bosser, des jours avec et des jours sans ...Il y a eu le jour où maman est venue vivre sous notre toit, car elle ne pouvait plus rester seule dans son appartement, peu de temps avant le mariage de Rémi avec Marilyn (20 septembre 2008) la vie était ce qu'elle était, la présence de maman m'obligeait à me lever assez tôt et surtout de préparer un repas pour midi, sinon elle remuait les casseroles et disait : "qu'est-ce que nous allons becqueter ?" nous sortions faire des promenades, elle m'aidait à soulever mon déambulateur et nous étions bien ensemble, jusqu'au jour où tout doucement, elle changeait, se mettait à ne plus vouloir vivre, à implorer le ciel de venir la chercher pour qu'elle puisse retrouver son époux; je ne me plaignais pas, je continuais à être avec elle qui ne me reconnaissait plus comme sa fille, la vie n'était plus un long fleuve tranquille, mais aidée par Raymond je tenais le coup, jusqu'au jour où il a fallu prendre malgré nous une grave décision (d'ailleurs certain(e)s n'ont pas compris) ...direction l'hôpital, notre ami, médecin traitant avait raisonné maman : "quelques jours, pour soulager Michèle..." elle ne comprenait pas, elle n'avait plus sa tête (par moment) . Rémi et Marilyn étaient en voyage de noces ...à leur retour maman n'était plus de ce monde; ils sont arrivés pour ses obsèques ( le jour de ses 89 ans) du jour où cette page s'est tournée, je suis devenue orpheline et bien désemparée; ma vie a basculé vers un nouveau rythme qui n'avait plus de repères, je ne savais plus qu'il y avait : "le matin, le midi, le soir" non je n'ai pas sombré, j'ai tenu bon; mais là depuis cette retraite qui arrive pour Raymond, rien ne va plus.

Pourtant, comme je l'ai attendu ce jour "j", qui sonnera le 31 mai 2013 ! Pour l'instant, cet homme qui partage mon quotidien depuis le 27 mars 1976 est là, en vacances, le rythme doit reprendre des normes oubliées, et moi je suis comme le bateau ivre, je ne sais plus très bien où j'en suis, avec en plus une fatigue inexplicable, une lassitude sans nulle autre pareille ...aussi un mal être, un mal de vivre s'est installé, je ne suis plus moi, et je n'accepte pas ce qui me diminue avec l'âge; je sais que d'autres en sont au même point .

Ne vous moquez pas, ne me montrez pas du doigt, je n'ai pas pu tout dire, ce blog n'est qu'un support pour une lettre à personne, que ces quelques mots déposés ici, m'ouvrent la porte vers des jours meilleurs en compagnie de mon tendre époux, qui fait tout ce qu'il peut pour moi, je sais que je ne dois pas me plaindre mais faire des efforts pour lui aussi, qu'il ne se voit pas partager sa retraite avec une "zombie". Je suis heureuse d'avoir Rémi et Marilyn, qui sont des amours d'enfants pour nous; Rémi a du travail, ses études lui ont permis de faire ce qu'il voulait; Marilyn a réussi son CAPES et, je me revois dans mes débuts de carrière; nous sommes fiers d'eux. Mais, j'ai sans doute en moi cette incertitude pour 2013 / 2014, Marilyn affectée dans l'Académie de Grenoble, ce n'est pas le bout du monde, aussi je voudrais tant qu'elle obtienne un poste qui soit dans ses voeux ( effectivement, elle aurait pu être nommée à Lille, Créteil ou ...) c'est peut-être un point qui me "taraude" l'esprit sans que je le veuille vraiment. Alors je crois que je vais clore cette démarche épistolaire faite en ce jour de pluie, de ciel gris où j'ai décidé de "vivre debout", sans aller me réfugier sous la couette, branchée au respirateur !

31083c30

Dans quelques jours une visite est programmée

une rencontre importante

celle de

http://colinekifouine.canalblog.com/

le jour des 60 ans de Raymond

avec

une réalisation encore surprise

http://messculptures.canalblog.com/

fin avril 027vous devez

vous souvenir de "la mort du pin"

P1070967Cybèle, fidèle au poste surveillera leur arrivée

 

1ahukybr


03 mai 2013

Lettre d'un vieux père à son fils ...

 

père et filsatt59c8f

 

"Si un jour tu me vois vieux, si je me salis quand je mange et que je ne réussis pas à m’' habiller, sois compréhensif, souviens toi du temps que j'’ ai passé à t'’ apprendre.
Si quand je parle avec toi je répète toujours les mêmes choses, ne m' ’interromps pas, écoute-moi… Quand tu étais petit, je devais te raconter chaque soir la même histoire avant que tu ne t’' endormes.
Quand je ne veux pas me laver, ne me fais pas honte, souviens-toi quand je devais te courir après en inventant mille excuses pour que tu ailles au bain.
Quand tu vois mon ignorance pour les nouvelles technologies, donne-moi le temps nécessaire et ne me regarde pas avec ce sourire ironique, j' ’ai eu tant de patience pour t’' apprendre l’' alphabet.
Quand par moment je n’' arrive pas à me souvenir ou que je perds le fil de la conversation, donne-moi le temps nécessaire à retrouver la mémoire et si je n' ’y arrive pas, ne t’' énerve pas, la chose la plus importante n’' est pas ce que je dis mais le besoin d' ’être avec toi et de t’' avoir là à m’' écouter.
Quand mes jambes fatiguées n' ’arrivent plus à tenir la cadence de tes pas, ne me considère pas comme un boulet, viens vers moi et offre-moi la force de tes bras comme je l’' ai fait lorsque tu as fait tes premiers pas.
Quand je dis que j' ’aimerais être mort, ne te fâche pas, un jour tu comprendras ce qui me pousse à le dire. Essaie de comprendre qu' ’à mon âge on ne vit pas on survit.
Un jour tu découvriras que malgré mes erreurs je n’' ai toujours voulu que le meilleur pour toi, que j’' ai tenté de te préparer la route.
Donne-moi un peu de ton temps, donne-moi un peu de ta patience, donne-moi une épaule sur laquelle poser ma tête de la même façon que je l’' ai fait pour toi.
Aide-moi à avancer, aide-moi à finir mes jours avec amour et compréhension, en échange je n' ’aurai que mon sourire et l' immense amour que j' ’ai toujours eu pour toi.
Je t' ’aime mon fils"

 

P1070846

P1070851

P1070852

Posté par remiche à 15:17 - Reçu par mail .
Tags : , , , , ,

22 avril 2013

Pas toujours facile : penser, dire, faire, écrire...

des expressions

"tourner 3 fois sa langue dans sa bouche"

https://sites.google.com/site/sagessechretienne/tourner-3-fois-sa-langue

mais

aussi

" tourner jusqu'à 7 fois sa langue dans sa bouche "

http://www.expressio.fr/expressions/il-faut-tourner-sept-fois-sa-langue-dans-sa-bouche-avant-de-parler.php

parler / dire

c'est une chose

écrire

une autre démarche s'impose

comment ce que je pense et que je vais mettre par écrit

sera compris

?

sera interprété

?

je m'interroge de plus en plus

en parcourant les blogs

l'oral ne peut pas exister sur un blog

le passage à l'écrit est nécessaire pour que vive le blog

rester derrière un masque

cacher la vérité

détourner des informations

dire n'importe quoi

etc

ce n'est pas le but

mais à aucun moment, il faut se sortir de l'esprit que sur le net la circulation est intempestive, ce qui est écrit ici va parcourir des kilomètres pour se poser sur un écran d'ordinateur

celui

de

 monsieur "x" & madame "y"

monsieur x et madame y url

partons d'un exemple

http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Bresil8/de_abreu.pdf

sur un blog l'écriture s'exprime, aussi il est nécessaire de réfléchir avant d'écrire

http://users.swing.be/paroleactive/oralite.htm

cerveau urlhttp://sciences-technologies.lefigaro.fr/cerveau-animal.html

comme je sens que je commence à vous ennuyer, je vais m'arrêter là, tout "çà" pour vous dire que je suis de moins en moins motiver à publier sur ce blog, alors vous jugerez si je peux continuer ou pas

?

Rémi

m'a dit hier

"oui, maman, il faut continuer"

 

8rtaj5ml_1_-320x127

Aung San Suu Kyije vais prendre modèle sur cette personne

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aung_San_Suu_Kyi

qui

continue sa lutte

sans oublier

aujourd'hui

http://www.24matins.fr/journee-mondiale-de-la-terre-2013-le-doodle-interactif-42269

vous pouvez visionner une belle vidéo

journée mondiale de la terre 2013canvashttp://www.journee-mondiale.com/112/journee-mondiale-de-la-terre.htm

17 mars 2013

Le visage ...

le visage est un texteOutlook


Si le visage est un texte, la ride est une écriture.

Pourquoi donc la haine de la ride ?
Parce que l’' homme dominant désire toujours la virginité : il veut une chair fraîche, une page blanche, sur laquelle imprimer sa puissance, ses désirs, sa force.
Jeunes, hommes et femmes s’' assemblent dans la joie de l’' amour naissant, celui des grandes aurores toujours aimables.
Mais le temps passe.
L' ’homme a exercé son pouvoir : il a enfanté, croit-il, il a dominé et jouit d' ’être aimé par celle sur le visage de laquelle il peut lire les signes de sa propre existence.
Sur le visage jadis lisse, vierge, il a imprimé sa marque.
Dix, quinze ou vingt ans ont passé. Il veut à nouveau ressentir le vertige d’' être jeune ; celle qu' ’il a aimée pendant quelques décennies et qui l’' a aimé lui retourne comme un miroir sa propre condition : des rides sont apparues, l’' âge est là, le temps inexorable, la mort à venir, pourtant pas si proche.
L’' homme alors congédie plus ou moins inélégamment celle qui lui a offert ses plus belles années et se remet lui-même sur le marché de l’' amour.
Il se met en quête, dans un mouvement incestuel, d' ’une jeune peau à croquer, une peau toute lisse, intacte et surtout vide, sur laquelle il va écrire à nouveau, encore une fois, le texte de sa puissance.(...) ]
Philosophie du visible
Le blog de Jean-Jacques Delfour - Si le visage est un texte…
Source Le Monde.fr

18 février 2013

En principe aujourd'hui personne ne doit RIRE !

sur une idée de juju ou juliette suivant les jours

avec ou sans "J"

http://juliette03.over-blog.org/

 18 février journée nationale et pourquoi pas mondiale

de

la

morosité

je précise de suite que toutes ces images ou photos sont dans mes collections personnelles

arrivées chez moi, par exemple à une identification sur Facebook, ou choix, ou tout simplement photos personnelles

alors

avertissement

qu'en ce jour "on" ne vienne pas me faire "chier"

que ce verbe "grossier" ne vous arrête pas en chemin

"M"

comme

misère noire

merde

maladie

malheur

mécréant

 

0287"O"

ostensoir

opinel

opération

oiseau noir

orientation

demon"R"

remord

résilience

résister

regretter

revivre

golgotha"O"

Homme_et_Dieu_neige_550-ce1a1

 "S"

sécateur

souvenir

saloperie

SIDA

sangsue

1949"I"

ivresse

imagination

inspiration

inutile

insolence

intégration

 

Black_Rose_by_sTTyleZ

 "T"

tristesse

trahison

tuer

tyran

traversée

je vous écris"é"

éternité

épier

éjecter

épingler

éliminer

zara sdf4_n

petite fille misèren

 après ces mots qui sont sortis de moi

plus vite que l'éclair

je dépose un texte qui m'avait été offert en son temps

conservé dans mes archives

"A mon amie qui frissonne dans son corps, uniforme bleu de peau et s'efforce d'ignorer la guerre, 

le mal qui l'envahit, qui la ronge, elle songe que les poupées de porcelaine à la peau colorée 

contrastent étrangement avec la mine sévère du miroir qui passe et repasse, la fixant comme un 

regard haineux. Une sueur d'effroi l'envahit en apercevant dans la glace, le reflet de la maladie 

comme des yeux emplis d'épouvante, la douleur gueule comme un animal prit au piège. Elle croit 

que ses jambes ne la porteront plus bientôt, un profond sentiment de solitude s'empare d'elle 

lorsque ses yeux se détournent du déambulateur, je peux me débrouiller seule. Dans la pièce, 

elle offre un sourire rassurant à l'homme dont elle sent la peur l'envahir, puis la colère s'amuse 

de ses efforts embarrassés. Ses nuits sont courtes, elle se sent parfois au bord de l'évanouissement, 

sa langue est épaisse, elle parvient difficilement à articuler la petite prière à son saint Curé, 

la lumière pénètre à nouveau dans son âme, petit rebond dans son voyage, comme un passager 

clandestin. La maladie s'éloigne, revient, les douleurs comme de vieilles relations viennent la saluer, 

allez ! se disent-elles et si ont faisaient l'orgie d'une fête et si ont se laissaient aller à la débauche 

avec ce corps si guindé en apparence, cette nuit, ce jour, la souffrance l'a entrainé à la limite de 

l'indécence, la douleur lui a pétri l'âme avec violence, d'une vigueur qui lui a fait arracher un cri ce 

matin, quelques mots pour nous sur son blog, ses mots dérobés au temps. Du plein de ses poumons, 

la respiration se perd comme le brouillard dans l'obscurité, elle distingue ses bouteilles à oxygène 

boursoufflées comme de vieilles outres, de même que la brume dissimule la clarté secrète, la foi 

pour elle, est une manière de consolation ! Souffrir a t-il un sens se dit-elle ?"

voilà

certain(e)s se souviendront

d'autres préfèreront "zapper" ou "oublier"

moi

je n'oublie pas et ce texte est parfaitement adapté pour le défi de Juju

 le déambulateur est mon sauveurresilience-5_7__1___2_

comme les pastilles Vichy sont la "drogue" de mes nuits

 

printemps 2008 143"Souffrir a t-il un sens se dit-elle ?"

alors

aujourd'hui je peux répondre par un "oui" franc et sincère

car souffrir c'est VIVRE !

c'est continuer à lutter, exister mais aussi emmerder le monde

et croyez-moi je ne suis pas sinistre

mais très lucide

sic derrière le temps_bje marche dans cette rue de l'oubli (photo de Sic)

http://sicluceat0009.blogspot.fr/

j'avance

c'est lundi

comment va mon ami Sic Luceat

?

25 janvier 2013

25 janvier 2013 : il est toujours bon de s'instruire !

Un peu de culture

1. Le plus long palindrome de la langue française est « ressasser »
On peut donc le dire dans les deux sens.

2. « Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette »

3. « Institutionnalisation » est le plus long lipogramme en « e »
C'est-à-dire qu'il ne comporte aucun « e ».
4. L'anagramme de « guérison » est « soigneur »
5. « Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave
Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !
6. Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot.
Tout comme « triomphe », « quatorze », « quinze », « pauvre », « meurtre , « monstre », « belge », « goinfre » ou « larve ».

7. « Endolori » est l'anagramme de son antonyme « indolore », ce qui est paradoxal.

8. « Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d'être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle
Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l'amour au pluriel. C'est ainsi!

9. « Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x]
« Oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles. Eh oui !
 
Mais aussi aujourd'hui je viens de voir la tristesse, chez un ami :
un blog en pause, le deuil a frappé ..
Au revoir Janine

Posté par remiche à 01:25 - Reçu par mail .
Tags : ,