31 octobre 2008

2 amis en Terre Sainte !

carte_terre_sainte_2008http://cateain.cef.fr/spip.php?article51Qumran

à partir de ce lien vous pourrez suivre en direct ce beau voyage !

Merci à Toi Anne, à Toi Michel de me faire partager votre séjour .

Raymond dit : "Michel s'y fond bien dans le paysage " ....

Bon voyage et bon retour .terre_sainte_anne_et_michel_____29_10_08Ici____Nazareth__c_est_notre_premier_contact_avec_une_ville_d_Isra_l

Posté par remiche à 09:33


30 octobre 2008

Demain : 31 octobre 2008 !! Insolite ? (: ....je n'aurai pas le temps..

31_Octobre_WaltchHDgreek_party_31_octobre_2007_1_bis

mercredi_31_octobre_2007

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19171106

http://www.linternaute.com/histoire/jour/31/10/a/1/0/1/index.shtml

En vrac !

Ce qui s'appelle : meubler un blog !

:)

(:

après un bilan mi-figue / mi-raisin :

Mimi il faut tenir bon sur "à-michemin" !

NB/ une new fort sympathique : mon ami sic est venu me voir sur la route du retour avec ses 2 filles , même si nous ne sommes pas restés longtemps ensemble, quel moment de pur bonheur , ce 29 octobre 2008 vers 13h25 ! Merci , sic d'être passé faire la bise à Mimi

Posté par remiche à 21:29

27 octobre 2008

Avec la nouvelle heure, je tourne la page ....info + je serai absente le 29 et 30 octobre (bilan respiratoire)

Ch5Ch6Ch7Ch8

VITE ! je change de sujet , bientôt le 1er novembre , que le temps passe vite, ces paroles du Grand Georges sont belles, aussi belles que ces fleurs symboliques (photos de L'internaute.com).

Non, ce n'est pas une note triste, bien au contraire, ces temps ravivent en nous des présences bien vivantes.

Georges Brassens
LE TESTAMENTCh1Ch2Ch3Ch4


Je serai triste comme un saule
Quand le Dieu qui partout me suit
Me dira, la main sur l'épaule:
"Va-t'en voir là-haut si j'y suis."
Alors, du ciel et de la terre
Il me faudra faire mon deuil...
Est-il encore debout le chêne
Ou le sapin de mon cercueil?


S'il faut aller au cimetière,
Je prendrai le chemin le plus long,
Je ferai la tombe buissonnière,
Je quitterai la vie à reculons...

Tant pis si les croque-morts me grondent,
Tant pis s'ils me croient fou à lier,
Je veux partir pour l'autre monde
Par le chemin des écoliers.

Avant d'aller conter fleurette
Aux belles âmes des damnées,
Je rêve d'encore une amourette,
Je rêve d'encore m'enjuponner...
Encore une fois dire: "Je t'aime"...
Encore une fois perdre le nord
En effeuillant le chrysanthème
Qui est la marguerite des morts.

Dieu veuille que ma veuve s'alarme
En enterrant son compagnon,
Et que pour lui faire verser des larmes
Il n'y ait pas besoin d'oignon...
Qu'elle prenne en secondes noces
Un époux de mon acabit:
Il pourra profiter de mes bottes,
Et de mes pantouflee et de mes habits.

Qu'il boive mon vin, qu'il aime ma femme,
Qu'il fume ma pipe et mon tabac,
Mais que jamais - mort de mon âme! Ch9-
Jamais il ne fouette mes chats...
Quoique je n'aie pas un atome,
Une ombre de méchanceté,
S'il fouette mes chats, y'a un fantôme
Qui viendra le persécuter.

Ici-gît une feuille morte,feuille1
Ici finit mon testament...
On a marque dessus ma porte:
"Fermé pour cause d'enterrement."
J'ai quitté la vie sans rancune,
J'aurai plus jamais mal aux dents:
Me voilà dans la fosse commune,
La fosse commune du temps.

Posté par remiche à 10:19

26 octobre 2008

Comme les infos se suivent et ne se ressemblent pas ....

DSK/ FMI 

en voulant modifier ce matin mon post du 24/10/08

pôvre de moi

cette fois page blanche 50215_traces_de_l_homme...

d'ailleurs il faisait "tache" dans mon blog

moralité: "mimi doit laisser tomber les infos politiques" !

et là autre constatation , le changement d'horaire est perturbant !

désolée pour les bons commentaires de mes visiteurs .....peu nombreux venus s'exprimer , comme quoi DSK n'est pas la préoccupation principale de ce monde aujourd'hui..

Posté par remiche à 07:04

25 octobre 2008

Formule magique , à retenir ! En ce jour .

1_h2_h3_h

Une formule qui me réconforte à propos de mes questions :

1/ j'avance ?

2/ je recule ?

3/ ma pendule est-elle à la bonne heure ?6_h

http://www.blogoliviersc.org/

"un petit truc mémotechnique :

en septembRE, octobRE, novembRE

on REcule sa pendule…."

Trouvé dans un commentaire chez un ami , sympa les blogs .4_h5_h

Et puis "ZUT" , vive le cadran solaire !

Moins contraignant !

Dernière journée à l'heure d'été ..

Arrêter les aiguilles

by Berthe Sylva

Riches ou pauvres quoi qu'on fasse sur la Terre
Notre existence est une chose éphémère
Et des pendules le tic tac incessant
Semble nous dire "Tout passe avec le temps"
Voici l'enfant qui vient de v'nir au monde
Sa mère penchée vers sa petite tête blonde
Vers la pendule placée près de son lit
Jette un regard et soucieuse se dit
Si l'on pouvait arrêter les aiguilles
Au cadran qui marque les heures de la vie
Nos p'tits enfants si mignons, si gentils
N' grandiraient pas pour déserter leur nid
Lorsqu'à vingt ans, un jour, ils se marient
Sans un regret, ils partent et vous oublient
Et les mamans dont ils brisent l'espoir
Pensent "On voudrait près d' soi toujours les voir
Rester petits garçons ou petites filles
Si l'on pouvait arrêter les aiguilles"
Un malfaiteur, pour expier son crime
Est condamné au châtiment ultime
Dans sa cellule, il entend ses gardiens
Dire tout bas "Ce sera pour demain"
Le lendemain, il voit que l'aube se lève
Et ses idées se brouillent comme dans un rêve
Il est secoué de terreur et d' remords
Et dit, tremblant, sentant venir la mort
Si l'on pouvait arrêter les aiguilles
Au cadran qui marque les heures de la vie
J' n'aurais p't-être pas, lorsque sonnait minuit,
Commis le crime dont je vais être puni
Il a suffi d'une fatale minute
Pour que d'un homme je devienne une brute
Mais quoi, voici l'horloge de la prison
Qui sonne le glas de la séparation
Plus qu'un espoir, mon Dieu, pour ma famille
Si l'on pouvait arrêter les aiguilles
Dans les campagnes ainsi que dans les villes
Règne le calme et chacun vit tranquille
Sans se douter qu'un orage gronde au loin
Pour bouleverser la paix du genre humain
Un peu partout, en Europe, en Afrique
Les noirs dessous de l'infâme politique
Sèment la guerre, horreur de tous les temps,
Que nul ne peut arrêter et pourtant
Si l'on pouvait arrêter les aiguilles
Au cadran qui marque les heures de la vie
On n'entendrait plus le tocsin sonner
Pour enlever nos fils à leurs foyers
Quand à l'instant où tous les bras travaillent
Quoi de plus triste que l'heure des batailles
Peut-être qu'un jour retrouvant sa raison
L'homme maudira la guerre et ses passions
Plus de tueries ni d'hommes qui fusillent
Si l'on pouvait arrêter les aiguilles
Tous emportés par l'effroyable ronde
Les années passent si vite pour tout l' monde
Que l'on se dit "Pourquoi se jalouser
Se faire tant d' mal au lieu de s'entraider ?"
Deux pauvres vieux, usés, cassés par l'âge
Sentant venir l'heure du grand voyage
Encore unis, comme dans leur jeune temps
Dans un baiser, disent en s'enlaçant
Si l'on pouvait arrêter les aiguilles
Au cadran qui marque les heures de la vie
Nous n'aurions pas la triste appréhension
D'entendre l'heure de la séparation
Après avoir passé toute une vie
A nous chérir sans aucune jalousie
Le coeur bien gros on n' devrait pas penser
Qu'un jour, hélas, il faudra nous quitter
Vivons d'espoir, à quoi bon s'faire tant d' bile
Puisqu'on n' peut pas arrêter les aiguilles !

Posté par remiche à 08:08


24 octobre 2008

"Planons sur la Terre comme au ciel, la tête dans les étoiles" ..

6_7_septembre_2006_terre_lune

La mort d'Orion

by Gérard Manset

Où l'horizon prend fin,
Où l'œil de l'homme jamais n'apaisera sa fin,
Au seuil enfin de l'univers,
Sur cet autre revers,
Trouant le ciel de nuit
D'encre et d'ennui
Profond,
Se font et se défont les astres.
Par delà les grands univers
Où les colonies de la terre
Prolifèrent
Et dans la grande nébuleuse noire
Dont, voici dix mille ans, fut l'histoire.
Depuis qu'ils cheminaient par dix et cent de milles
Pour délaisser la terre et ses anciennes villes,
Depuis qu'ils voulaient voir
Ce peuple fou, ailé, la nébuleuse noire,
Depuis donc et déjà tant de siècles passés
Qu'ils avaient délaissé
La terre,
Ce peuple solitaire
S'éprit de ses vestiges
Et voulu en revoir la tige.
Or, pendant que coulaient
Tous ces millions d'années
Sur la planète mère,
Les survivants damnés
Redoraient le parvis
De leur vie,
Cependant que croulait interminablement
Un bruit de poussière et de vent
Et que s'affaissait le béton
Que coulait le peuple d'Orion.
On a vu bien d'autres étoiles depuis,
Allumées comme au fond d'un puits.
Sur Orion que la mort attend,
Un prêtre fait asseoir les hommes à genoux
Et le peuple incompris
Prie.
Orion ne reverra plus jamais le pays
Et la lune, sa sœur, aura bien loin d'ici
Des ailes.
Les cieux comme un taudis,
Privés de leur dentelles
Baissent les yeux
Au milieu des cerisiers blancs,
Sur son cheval,
Le prêtre a des ciseaux d'argent.
Il a les mains couvertes de papier doré
Et le devant de son visage est décollé.
Les grands arbres se dressent, les yeux mouillés
Et leurs cheveux comme des tresses
Qui cachent le soleil,
Les fleurs sont comme des oreilles, décollées.
Nous,
Même si nos membranes fragiles
Nous rendent un peu moins agiles
Ensemble,
S'il faut venger nos morts,
S'il faut souffrir encore,
Nous incinèrerons leurs corps
Si on veut de nous encore, encore,
Si on veut de nous encore, encore.
Et l'autel est dressé
Sur ses deux mains, sur ses bras blessés,
Regardant vers le nord,
Les mains tendues comme une plante carnivore.
Et du plus loin que l'on entende les rires
Déjà morts au sortir de leur bouche de cire,
Il faut les laisser faire.
Ce ne sont que des mammifères
Dans ce monde de prose
Où rien ne tient quand on le pose.
Nous,
Même si nos yeux sont trop clairs,
Nous retournerons sur la terre
Ensemble.
Nous franchirons les mers
De notre planisphère,
Reprendrons nos mines de fer
Si on nous laisse faire,
Si on nous laisse faire.
Nous,
Même si nos membranes fragiles
Nous rendent un peu moins agiles
Ensemble,
S'il faut venger nos morts,
S'il faut souffrir encore,
Nous incinèrerons leurs corps
Si on veut de nous encore,
Si on veut de nous encore.
Orion,
Sentant sa fin venir,
Dressa ses habitants contre leurs souvenirs,
Contre leurs souvenirs.
Depuis longtemps,
Depuis longtemps
Riche de tout,
Ce peuple parasite
Auquel nous rendions visite
Souvent fit notre faillite.
D'où il les avait mis sur le sol d'Orion,
Il pointa ses canons la tête la première
Vers l'horizon puis vers la terre.
Par delà les plus hauts monts,
Au milieu des goémons,
Vit Salomon,
Pareil aux preux chevaliers teutoniques,
Comme les lépreux sataniques,
Et dont la descendance princière et millénaire,
Pour toujours, un jour quitta la terre.
C'est au creux d'une lagune
Dont il cheminait les dunes
Qu'un soir de lune,
Descendant du ciel en spirales,
Tombèrent les anges des étoiles.
Tenant à peine debout,
Ensevelis par la boue,
Le sable mou,
Leur semblant comme autant de serpents,
Ils détruisirent tout en un instant.
Depuis longtemps,
Depuis longtemps
Riche de tout
Comme un coquillage
Dont la coquille est sans âge,
Salomon ignorait d'autres rivages.
Par delà les plus hauts monts,
Au milieu des goémons,
Vivait Salomon,
Pareil aux preux chevaliers teutoniques
Comme les lépreux sataniques,
Et dont le descendance princière et millénaire
Pour couvrir son corps creusa la terre.
Les fossoyeuses marines
Trouveront dans sa poitrine
Tant de vermines
Qui malgré les prêtres d'Orion,
Se nourrissant de lui, revivront.
Depuis longtemps,
Depuis longtemps
Jaloux de tout,
Debout dans leurs caravelles,
Ce peuple aux formes nouvelles
Fit tomber nos citadelles
D'un coup d'aile.
Orion ne reverra plus jamais le pays
Et la lune, sa sœur, aura, bien loin d'ici,
Des ailes.
Orion n'aura jamais s'il faut, pleuré, grandi,
Quoiqu'aura bien vécu du moins à ce qu'on dit
Sans elle.
Les cieux comme un taudis
Privés de leurs dentelles
Baissent les yeux.
Nous,
Par le droit que nous donne notre âge
Réduisons nos fils à l'esclavage,
Ensemble.
Si demain chacun d'eux nous ressemble,
Il faudra faire en sorte
Qu'aucun d'eux ne ressorte
Du monde dont nous fermons les portes.
Que la légende d'Orion
Soit morte.

8_lever_de_lune8_racines_de_la_roche_qui_pleure1v_nus_clatantedans_le_ciel_du_matin2_orion_et_le_taureau3_face___la_voie_lact_e9_ciel_de_l_h_mi_sud4_rais_solaires

Posté par remiche à 12:35

23 octobre 2008

Expérience d'une boutique en ligne...

Sans doute pas connue comme certaines : exemple La Fnac.com..... !

J'ai passé une commande .

https : // payement sécurisé .

Réceptionnée aujourd'hui.

Arrivée rapidement.

Très satisfaite de ce que j'ai reçu.

Aussi , si vous voulez faire plaisir et permettre à quelqu'un de gagner quelques "sous" , allez voir ....Noêl arrive et c'est original.

http://www.shirtcity.com/shop/index.php?PHPSESSID=78c83cfdbc884aca4b2ca923766d9d66

Tiens : c'est ma B-A du jour !!

Posté par remiche à 15:07

BLOGS ! Réflexion ! Constatation ! Révolte ! Bilan de la nuit...

reviendras

Insomnie !

Travail "neuronal" ou "neuronique" nocturne !

Des blogs , vous ne me contredirez pas , il y en a des tonnes, ils doivent d'ailleurs inonder les réseaux du net qui circulent de New York, à Paris en passant par Moscou, Tokyo , .......une vraie toile d'araignée à l'échelle mondiale où se croisent, s'entrecroisent , se bousculent des informations ! Sur toute la Planète.

Politiques

Sarcastiques

Handicapiquesc29

Touristiques

Humoristiques

Poétiques

Photographiques

Artistiques

Ecologiques

Idylliques

Névrotiques

Zoologiques, botaniques

+++++

+++++

Religiotiques  "tout azimut" où les dieux se saluent au passage d'une connexion qui bloque

Les écrivains, ceux qui savent écrire et nous offrent leur travail romanesque

Les paumés, les cinglés, les désespérés....pour faire simple je rentre dans cette catégorie

Les blogs , style au jour le jour, journal intime, ou au lieu de se morfondre, ou de se réjouir seul .. pour éviter de trop se masturber les neurones ! Encore moi, la nana qui écrit, qui se défoule sur son clavier pour le plaisir de beaucoup (quand même)...oui ; sans avoir mes chevilles au bord de l'explosion ,des témoignages , m'incitent à continuer à déblatérer " mimi, il ne faut pas t'arrêter sur le chemin que tu nous offres " ! Ben oui ! Mais !

Des reproches !

* sur ton blog , il y a des commentaires où les gens viennent se plaindre, geindre...

* sur ton blog , tu racontes trop ta vie

* sur ton blog " blablabla..."

..........&&&&&&&&&&&&

Heureusement des encouragements !

C'est vrai , je ne suis pas une romancière, une écrivaine, je suis moi, de formation scientifique avec des idées parfois " frapouille, fripouille" (merci Petit Leroux , fidèle compagnon) .

Zut alors ! J'ai oublié , une catégorie !

Blogostiques , j'allais faire une de ces gaffes , oufff ! Saura-t-il se reconnaître ?

BON sur ce BONNE LECTURE  et BONNE JOURNEE à tous .

Au fait : c'est la journée de qui ? de quoi ?

Par contre à tous ceux qui passent ici, laissent un commentaire : merci !

Tous ceux qui viennent jeter un bon-oeil : merci !

Mais les voyeurs et voyeuses : ne perdez pas votre temps, car le temps est si précieux !araign_e_dans_sa_toileatylia_horloge_autocollante_sejour_pt_450

Posté par remiche à 11:07

22 octobre 2008

MAGNIFICAT notre dame de paris

MAGNIFICAT notre dame de paris
Vidéo envoyée par richardanthony

Superbe chant dans une de nos plus belles cathédrales! POUR TOI EMMANUELLE !

Posté par remiche à 15:22

Requiem en Ré mineur, Op. 48 Introit et Kyrie

Requiem en Ré mineur, Op. 48 Introit et Kyrie
Vidéo envoyée par Zigzagzoug

"Parts" 1 and 2 Pour Toi mon Père . Pour Elle qui nous a quitté : Soeur Emmanuelle (15 h)

Posté par remiche à 14:56